En tout, plus de 140 millions d'euros auraient été dépensés sur la plate-forme et ce, en espèces virtuelles telles le bitcoin et le monero. Le prétendu propriétaire de DarkMarket, un Australien de 34 ans, a été appréhendé à proximité de la frontière germano-danoise. Plus de vingt serveurs en Ukraine et en Moldavie ont été saisis. La justice allemande entend utiliser les données sur ces serveurs pour retrouver les gestionnaires, les vendeurs et les acheteurs.

Cyber-bunker

Les enquêteurs avaient détecté la plate-forme, alors qu'ils recherchaient ce qu'on appelle un cyber-bunker. Dans un ancien bunker souterrain de l'OTAN en Allemagne, ils sont tombés sur plus de 400 serveurs, qui étaient utilisés pour la communication via le dark web. Le complexe était géré par un sexagénaire néerlandais, qui vivait en Allemagne dans ce but. DarkMarket aurait tourné depuis quelque temps déjà sur ces serveurs.

En tout, plus de 140 millions d'euros auraient été dépensés sur la plate-forme et ce, en espèces virtuelles telles le bitcoin et le monero. Le prétendu propriétaire de DarkMarket, un Australien de 34 ans, a été appréhendé à proximité de la frontière germano-danoise. Plus de vingt serveurs en Ukraine et en Moldavie ont été saisis. La justice allemande entend utiliser les données sur ces serveurs pour retrouver les gestionnaires, les vendeurs et les acheteurs.Les enquêteurs avaient détecté la plate-forme, alors qu'ils recherchaient ce qu'on appelle un cyber-bunker. Dans un ancien bunker souterrain de l'OTAN en Allemagne, ils sont tombés sur plus de 400 serveurs, qui étaient utilisés pour la communication via le dark web. Le complexe était géré par un sexagénaire néerlandais, qui vivait en Allemagne dans ce but. DarkMarket aurait tourné depuis quelque temps déjà sur ces serveurs.