Démarrage d'un projet-pilote de suivi du comportement de roulage en tant qu'alternative à l'amende routière

03/10/18 à 13:35 - Mise à jour à 13:35

Source: Belga

Les tribunaux de police de Termonde et Verviers lancent un projet-pilote consistant à installer une année durant dans la voiture de certain... chauffards une "boîte noire" qui contrôlera leur comportement sur la route. S'ils roulent correctement, ils ne seront plus passibles d'une amende, selon le journal Het Laatse Nieuws.

Démarrage d'un projet-pilote de suivi du comportement de roulage en tant qu'alternative à l'amende routière

© Getty Images/iStockphoto

Stef Willems de l'Institut Vias, l'organisation en charge de la sécurité routière, avec qui les parquets et les tribunaux de police collaborent, confirme la nouvelle. A Termonde (Dendermonde), certains contrevenants se verront proposer le système de contrôle, avant de devoir comparaître devant le juge. A Verviers, ce sera le juge en personne qui pourra l'imposer.

"Les participants seront bien accompagnés", insiste Willems. "Dans un premier temps, on abordera chaque mois avec eux leur comportement de roulage: s'ils commettent par exemple une infraction toujours au même endroit, des objectifs concrets seront fixés, afin de veiller à ce qu'ils ne la commettent plus. Nous espérons ainsi changer leur comportement de manière durable", ajoute Willems.

Primeur européenne

Ce projet-pilote durera au minimum un an. Willems: "C'est une première en Europe, surtout avec un encadrement aussi complet. Pour ce qui est de la suite à donner au projet-pilote, cela dépendra des résultats obtenus et de la manière dont les parquets et les tribunaux de police souhaiteront poursuivre l'expérience. Nous devrons en outre trouver suffisamment de conducteurs désireux d'y participer."

Pour les premiers participants au projet, ce sera gratuit, mais l'appareil de traçage et l'encadrement devraient par la suite être payants. "Mais le prix sera évidemment inférieur au montant de l'amende qu'encourt le contrevenant", insiste Willems. "Les tarifs exacts doivent encore être discutés."

Nos partenaires