HPE avait déclaré avant l'été vouloir se convertir en une entreprise 'as-a-service' à l'horizon 2022. A présent, c'est au tour de Dell d'envisager le modèle en question. L'entreprise vient donc de présenter à Austin la formule 'Dell Technologies On Demand'. Il s'agit d'une formule par laquelle le client paie ce qu'il utilise vraiment en matière de serveurs par exemple et par laquelle il peut évoluer de manière souple dans les deux directions. Un modèle de nuage 'basé consommation' donc, comme le proposent Amazon et Microsoft entre autres, mais que Dell étend à présent au matériel. Selon Gartner, 1 pour cent des accords hardware dans les centres de données reposent actuellement sur la formule 'pay-per-use' (paiement en fonction de l'utilisation). D'ici 2022, les analystes s'attendent à ce que ce pourcentage atteigne les 15%.

Le CEO Michael Dell ignore combien de clients adopteront ce modèle, "mais nous avons des indications, selon lesquelles il existe un intérêt évident." "D'un autre côté, nous savons aussi que certains clients ne veulent pas d'un modèle de souscription, comme dans le secteur public. Nous laisserons par conséquent les clients choisir le modèle qu'ils préfèrent", a expliqué Michael Dell lors du Dell Technologies Summit. Les gros atouts d'On Demand doivent être la flexibilité et la simplicité. Mais tout comme avec le nuage, cela représente aussi un glissement des coûts: opex versus capex. Avec On Demand, les entreprises ne paient que pour le stockage et la puissance de calcul qu'elles utilisent.