Un milliard de messages que les présumés criminels se sont envoyés entre eux ont fini entre les mains des autorités judiciaires après le décryptage des données.

Sur les 2.000 suspects identifiés, 360 ont été arrêtés. Pas moins de 268 enquêtes criminelles en cours concernent les messages ainsi divulgués. La plupart d'entre elles (192) ont été ouvertes grâce au piratage. Grâce à ces informations, 32,5 millions d'euros ont déjà été saisis, selon le parquet fédéral.

Un milliard de messages que les présumés criminels se sont envoyés entre eux ont fini entre les mains des autorités judiciaires après le décryptage des données.Sur les 2.000 suspects identifiés, 360 ont été arrêtés. Pas moins de 268 enquêtes criminelles en cours concernent les messages ainsi divulgués. La plupart d'entre elles (192) ont été ouvertes grâce au piratage. Grâce à ces informations, 32,5 millions d'euros ont déjà été saisis, selon le parquet fédéral.