Le Parlement européen a approuvé à une large majorité les tarifs maxima pour toutes les communications et SMS étrangers au sein des pays membres de l'UE. Au départ de la Belgique vers un autre pays de l'UE, il ne sera plus possible à partir du 15 mai 2019 de facturer une communication plus de 19 cents d'euro par minute, et plus de 6 cents par SMS. Cette mesure succède à la suppression des coûts d'itinérance (roaming) au niveau européen en juin de l'année dernière. Il en résulta que les appels, les SMS et la navigation sur internet à l'étranger allaient coûter autant qu'au niveau national. Mais la réduction des coûts supplémentaires pour les appels ou SMS internationaux au sein de l'UE restait (à l'époque) hors d'atteinte.

Outre les tarifs maxima, les nouvelles règles télécoms comprennent aussi quelques autres mesures destinées à protéger les consommateurs. C'est ainsi que les fournisseurs télécoms devront utiliser des systèmes de cryptage pour préserver leurs utilisateurs en cas d'intrusions ou de failles sécuritaires éventuelles. Il est désormais aussi stipulé légalement que les fournisseurs doivent aider leurs clients à contrôler leur utilisation des données. Il devrait donc être plus facile de comparer les offres et de changer d'opérateur.

Il est aussi prévu au niveau européen l'introduction d'un système '112 inversé', à savoir un système d'avertissement des citoyens tel BE-Alert. Dans les zones touchées par une catastrophe ou dans des cas d'urgence, les utilisateurs recevront des SMS ou des messages intégrés à une appli. Enfin, les nouvelles règles télécoms doivent favoriser le déploiement de la 5G. L'accord fixe déjà la base de l'activation des réseaux 5G, mais c'est là une petite étape sur un chemin encore long. Provisoirement, les parlementaires se fixent comme objectif de rendre disponible le spectre nécessaire pour la 5G d'ici 2020. Ils souhaitent que d'ici là, il y ait au moins un réseau 5G présent dans une grande ville de chaque pays de l'UE.