Avec le système de chaîne de blocs, les clients de ces marques jouiront d'une certitude supplémentaire que leurs achats sont vraiment authentiques. Les produits seront ainsi aussi traçables de manière transparente.

Certificats

Grâce à la chaîne de blocs, la technologie sur laquelle repose l'unité monétaire virtuelle bitcoin, les entreprises peuvent contrôler numériquement leurs transactions. Sur base d'un certificat de garantie codé, les clients, de leur côté, peuvent se rendre compte si un produit est bien réel ou s'il s'agit d'une contrefaçon, selon Antonio Belloni, managing director de la firme française LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy). Ce genre de certificat existe depuis assez longtemps déjà dans le secteur de la mode, mais s'améliore grâce à la chaîne de blocs.

La solution technique devrait en fin de compte être disponible pour toutes les marques de mode de luxe. Ces dernières affirment perdre chaque année des milliards à cause de la contrefaçon. Le marché mondial des articles contrefaits atteindra quasiment 1 billion de dollars en 2022, estiment des analystes.

Vente aux enchères

Cartier a déjà testé une composante de la nouvelle technique, à savoir le renvoi en ligne de produits. C'est ainsi que les consommateurs peuvent prendre une photo et l'expédier pour prouver que l'état du produit n'a pas changé entre le moment de la réception et celui de l'expédition. 'C'est simple, mais c'est destiné à renforcer la confiance entre les deux parties', déclare la directeur de Cartier, Cyrille Vigneron. Selon ce dernier, cette composante pourrait s'avérer aussi intéressante pour les maisons de vente aux enchères dans le cadre de la vente d'oeuvres d'art.

Le groupe technologique Microsoft et l'éditeur de logiciels ConsenSys sont en train de développer l'infrastructure technologique de la solution 'blockchain'.

Avec le système de chaîne de blocs, les clients de ces marques jouiront d'une certitude supplémentaire que leurs achats sont vraiment authentiques. Les produits seront ainsi aussi traçables de manière transparente.Grâce à la chaîne de blocs, la technologie sur laquelle repose l'unité monétaire virtuelle bitcoin, les entreprises peuvent contrôler numériquement leurs transactions. Sur base d'un certificat de garantie codé, les clients, de leur côté, peuvent se rendre compte si un produit est bien réel ou s'il s'agit d'une contrefaçon, selon Antonio Belloni, managing director de la firme française LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy). Ce genre de certificat existe depuis assez longtemps déjà dans le secteur de la mode, mais s'améliore grâce à la chaîne de blocs.La solution technique devrait en fin de compte être disponible pour toutes les marques de mode de luxe. Ces dernières affirment perdre chaque année des milliards à cause de la contrefaçon. Le marché mondial des articles contrefaits atteindra quasiment 1 billion de dollars en 2022, estiment des analystes.Cartier a déjà testé une composante de la nouvelle technique, à savoir le renvoi en ligne de produits. C'est ainsi que les consommateurs peuvent prendre une photo et l'expédier pour prouver que l'état du produit n'a pas changé entre le moment de la réception et celui de l'expédition. 'C'est simple, mais c'est destiné à renforcer la confiance entre les deux parties', déclare la directeur de Cartier, Cyrille Vigneron. Selon ce dernier, cette composante pourrait s'avérer aussi intéressante pour les maisons de vente aux enchères dans le cadre de la vente d'oeuvres d'art.Le groupe technologique Microsoft et l'éditeur de logiciels ConsenSys sont en train de développer l'infrastructure technologique de la solution 'blockchain'.