Voilà ce que révèle Which?, une organisation de défense des consommateurs britanniques, comparable à notre Test Achats. L'organisation a découvert dix sites web qui vendaient de fausses critiques au prix de quinze livres pièce. Ils les obtenaient en partie en expédiant des produits gratuits à des utilisateurs en échange d'une critique positive.

Les critiques en question se trouvent sur Marketplace, le lieu de vente en ligne hébergé par Amazon, où des tiers peuvent vendre leurs marchandises. En principe, l'achat de critiques enfreint les règles de la plate-forme. 'Nous supprimerons les fausses critiques et entreprendrons des actions contre quiconque abuse de la plate-forme', a déclaré un porte-parole d'Amazon à la chaîne britannique BBC.

Conseils en matière de crédibilité

Parmi les packs de critiques que Which? a trouvés en vente sur les sites web, il y en a des simples vendus au prix de 15 livres, soit 17 euros. Les achats en gros reviennent moins cher (jusqu'à 8.000 livres pour un lot de mille critiques). A les entendre, ces sites ont aussi à leur service des centaines de milliers de 'critiqueurs de produits', à savoir des gens qui, moyennant une mini-rétribution, insèrent une critique sur un produit. Les critiqueurs en question reçoivent des conseils et des avis pour rédiger des critiques crédibles, afin qu'elles ne soient pas supprimées par la reconnaissance automatique d'un bot.

Which? demande aux autorités (britanniques) de sévir plus sévèrement contre les fausses critiques, parce qu'elles peuvent dans certains cas menacer la sécurité des consommateurs. Des plates-formes comme Facebook et eBay avaient précédemment déjà conclu des accords avec le CMA, le défenseur britannique des consommateurs, afin de réagir de manière plus stricte aux critiques trompeuses.

Voilà ce que révèle Which?, une organisation de défense des consommateurs britanniques, comparable à notre Test Achats. L'organisation a découvert dix sites web qui vendaient de fausses critiques au prix de quinze livres pièce. Ils les obtenaient en partie en expédiant des produits gratuits à des utilisateurs en échange d'une critique positive.Les critiques en question se trouvent sur Marketplace, le lieu de vente en ligne hébergé par Amazon, où des tiers peuvent vendre leurs marchandises. En principe, l'achat de critiques enfreint les règles de la plate-forme. 'Nous supprimerons les fausses critiques et entreprendrons des actions contre quiconque abuse de la plate-forme', a déclaré un porte-parole d'Amazon à la chaîne britannique BBC.Parmi les packs de critiques que Which? a trouvés en vente sur les sites web, il y en a des simples vendus au prix de 15 livres, soit 17 euros. Les achats en gros reviennent moins cher (jusqu'à 8.000 livres pour un lot de mille critiques). A les entendre, ces sites ont aussi à leur service des centaines de milliers de 'critiqueurs de produits', à savoir des gens qui, moyennant une mini-rétribution, insèrent une critique sur un produit. Les critiqueurs en question reçoivent des conseils et des avis pour rédiger des critiques crédibles, afin qu'elles ne soient pas supprimées par la reconnaissance automatique d'un bot.Which? demande aux autorités (britanniques) de sévir plus sévèrement contre les fausses critiques, parce qu'elles peuvent dans certains cas menacer la sécurité des consommateurs. Des plates-formes comme Facebook et eBay avaient précédemment déjà conclu des accords avec le CMA, le défenseur britannique des consommateurs, afin de réagir de manière plus stricte aux critiques trompeuses.