Conformément à la loi sur les données ouvertes (open data) qui avait été approuvée en 2016, toutes les données collectées par les pouvoirs publics doivent être librement disponibles pour les citoyens et les entreprises. C'est ainsi que l'année dernière, la SNCB avait ouvert ses données. A présent, les ministres Bellot et De Croo souhaitent que l'on utilise davantage ce genre de données de mobilité. Voilà pourquoi ils vont injecter quatre millions d'euros dans un 'Smart Mobility Call', qui devrait dynamiser l'utilisation des données ouvertes.

"Avec ce projet, nous voulons stimuler les initiatives les plus prometteuses qui sont aujourd'hui encore en plein développement", déclare le ministre Bellot. "Nous souhaitons par exemple ainsi soutenir des projets qui assurent une meilleure intégration de nos réseaux de transport."

"Les pouvoirs publics et les organisations disposent aujourd'hui d'une gigantesque montagne de données de mobilité qui peuvent contribuer à une meilleure mobilité. Avec le Smart Mobility Call, nous voulons veiller à ce que sortent davantage d'applis et de services de mobilité utilisant ces données ouvertes", ajoute le ministre De Croo.

Concrètement, il s'agirait par exemple de covoiturage, de l'utilisation de nouveaux moteurs ou de projets susceptibles de fournir des informations en temps réel sur divers services de transport. Les projets doivent aider à contribuer à un changement de mentalité chez les utilisateurs, mais aussi à soutenir les exploitants des transports publics et les instances gouvernementales dans le cadre d'une approche plus intelligente de la mobilité. Un appel à des propositions de projet sera bientôt lancé.