D'ex-employées de Google avaient en 2017 introduit une plainte auprès du tribunal de San Francisco. Elles accusaient entre autres Google de payer moins les femmes que les hommes exerçant pourtant des fonctions similaires, et de leur appliquer des barèmes salariaux inférieurs à ceux de leurs collègues masculins possédant les mêmes qualifications et la même expérience.

L'arrangement concerne quelque 15.500 employées ayant travaillé depuis septembre 2013 pour Google en Californie, selon les bureaux d'avocats Lieff Cabraser Heimann & Bernstein et Altshuler Berzon. Conformément à cet arrangement, Google fera également analyser ses pratiques de recrutement et de rétribution par un acteur indépendant.

Un porte-parole de Google a confirmé qu'un accord a été trouvé, n'impliquant pour autant pas un aveu. 'Nous nous engageons simplement à rétribuer et à recruter tous nos employés/employées d'une manière correcte et équitable', a ajouté le porte-parole.

L'arrangement doit encore être approuvé par un juge.

En 2021 déjà, l'entreprise avait accepté de verser au ministère américain du travail la somme de 3,8 millions de dollars suite à une série d'accusations de discrimination à l'égard des femmes et des employés asiatiques.

D'ex-employées de Google avaient en 2017 introduit une plainte auprès du tribunal de San Francisco. Elles accusaient entre autres Google de payer moins les femmes que les hommes exerçant pourtant des fonctions similaires, et de leur appliquer des barèmes salariaux inférieurs à ceux de leurs collègues masculins possédant les mêmes qualifications et la même expérience.L'arrangement concerne quelque 15.500 employées ayant travaillé depuis septembre 2013 pour Google en Californie, selon les bureaux d'avocats Lieff Cabraser Heimann & Bernstein et Altshuler Berzon. Conformément à cet arrangement, Google fera également analyser ses pratiques de recrutement et de rétribution par un acteur indépendant.Un porte-parole de Google a confirmé qu'un accord a été trouvé, n'impliquant pour autant pas un aveu. 'Nous nous engageons simplement à rétribuer et à recruter tous nos employés/employées d'une manière correcte et équitable', a ajouté le porte-parole.L'arrangement doit encore être approuvé par un juge.En 2021 déjà, l'entreprise avait accepté de verser au ministère américain du travail la somme de 3,8 millions de dollars suite à une série d'accusations de discrimination à l'égard des femmes et des employés asiatiques.