Cet arrangement prévoit qu'Alphabet consacrera 310 millions de dollars à un fonds destiné à soutenir la diversité, l'égalité et l'inclusion. Voilà qui met fin à un procès qui avait été intenté en 2019 par une série d'actionnaires du géant technologique.

Le motif du procès résidait entre autres dans l'information, selon laquelle l'ex-directeur Andy Rubin, l'homme à l'initiative d'Android, s'était rendu coupable de méconduite sexuelle vis-à-vis d'une collègue. Google avait certes jugé l'accusation suffisamment crédible pour licencier Rubin, mais elle le fit sans décrire les faits et en lui accordant une prime de licenciement de pas moins de 90 millions de dollars. De plus, toute une série d'autres directeurs de l'entreprise auraient eux aussi agi de la sorte.

Ce parachute doré et la tendance de Google de ne pas révéler la cause des accusations causèrent pas mal d'émoi fin 2018 et provoquèrent entre autres un débrayage de la part du personnel féminin de l'entreprise. Cela incita quelques actionnaires à intenter un procès à Google.

Avec cet arrangement, ces actionnaires espèrent à présent la mise en oeuvre de profonds changements dans la façon dont l'entreprise sera générée. Le licenciement de David Drummond, le chief legal officer d'Alphabet, lui-même accusé de méconduite sexuelle, et le départ chez Google du CEO Eric Schmidt du conseil d'administration sont notamment considérés comme des signes encourageants.

Cet arrangement prévoit qu'Alphabet consacrera 310 millions de dollars à un fonds destiné à soutenir la diversité, l'égalité et l'inclusion. Voilà qui met fin à un procès qui avait été intenté en 2019 par une série d'actionnaires du géant technologique.Le motif du procès résidait entre autres dans l'information, selon laquelle l'ex-directeur Andy Rubin, l'homme à l'initiative d'Android, s'était rendu coupable de méconduite sexuelle vis-à-vis d'une collègue. Google avait certes jugé l'accusation suffisamment crédible pour licencier Rubin, mais elle le fit sans décrire les faits et en lui accordant une prime de licenciement de pas moins de 90 millions de dollars. De plus, toute une série d'autres directeurs de l'entreprise auraient eux aussi agi de la sorte.Ce parachute doré et la tendance de Google de ne pas révéler la cause des accusations causèrent pas mal d'émoi fin 2018 et provoquèrent entre autres un débrayage de la part du personnel féminin de l'entreprise. Cela incita quelques actionnaires à intenter un procès à Google.Avec cet arrangement, ces actionnaires espèrent à présent la mise en oeuvre de profonds changements dans la façon dont l'entreprise sera générée. Le licenciement de David Drummond, le chief legal officer d'Alphabet, lui-même accusé de méconduite sexuelle, et le départ chez Google du CEO Eric Schmidt du conseil d'administration sont notamment considérés comme des signes encourageants.