De plus, l'entreprise libèrera 150 millions de dollars en vue d'aider les autorités américaines à sans cesse actualiser leurs systèmes informatiques. Plus tôt durant la journée, on avait appris que le président américain Joe Biden avait demandé aux firmes technologiques et aux institutions financières notamment d'en faire plus en faveur de la cyber-sécurité. 'C'est une question de sécurité nationale', avait ensuite déclaré un haut fonctionnaire gouvernemental à ce propos.

Biden en a parlé mercredi avec les directeurs d'Apple, Alphabet, Amazon, Microsoft et JPMorgan Chase. Le sujet figure tout en haut de l'agenda à Washington. Le mois dernier, une vaste cyber-attaque a en effet touché plusieurs centaines d'entreprises. Via un programme du fournisseur de logiciels américain Kaseya, un rançongiciel (ransomware) s'est propagé. Il s'agit là d'un moyen de chantage, par lequel des ordinateurs sont verrouillés ou des données cryptées, après quoi une rançon est exigée.

Précédemment, c'est JBS, le principal fournisseur de viande au monde, qui avait dû faire face à une cyber-attaque. Nombre d'abattoirs furent alors forcés de fermer leurs portes. La firme américaine d'oléoducs Colonial Pipeline fut elle aussi ciblée. A cause de cette attaque, un important oléoduc fut temporairement mis à l'arrêt aux Etats-Unis, ce qui provoqua des pénuries de carburant dans les stations-services et une forte hausse des prix des produits pétroliers.

De plus, l'entreprise libèrera 150 millions de dollars en vue d'aider les autorités américaines à sans cesse actualiser leurs systèmes informatiques. Plus tôt durant la journée, on avait appris que le président américain Joe Biden avait demandé aux firmes technologiques et aux institutions financières notamment d'en faire plus en faveur de la cyber-sécurité. 'C'est une question de sécurité nationale', avait ensuite déclaré un haut fonctionnaire gouvernemental à ce propos.Biden en a parlé mercredi avec les directeurs d'Apple, Alphabet, Amazon, Microsoft et JPMorgan Chase. Le sujet figure tout en haut de l'agenda à Washington. Le mois dernier, une vaste cyber-attaque a en effet touché plusieurs centaines d'entreprises. Via un programme du fournisseur de logiciels américain Kaseya, un rançongiciel (ransomware) s'est propagé. Il s'agit là d'un moyen de chantage, par lequel des ordinateurs sont verrouillés ou des données cryptées, après quoi une rançon est exigée.Précédemment, c'est JBS, le principal fournisseur de viande au monde, qui avait dû faire face à une cyber-attaque. Nombre d'abattoirs furent alors forcés de fermer leurs portes. La firme américaine d'oléoducs Colonial Pipeline fut elle aussi ciblée. A cause de cette attaque, un important oléoduc fut temporairement mis à l'arrêt aux Etats-Unis, ce qui provoqua des pénuries de carburant dans les stations-services et une forte hausse des prix des produits pétroliers.