L'Agence européenne des médicaments (AEM), qui délibère actuellement sur la délivrance d'autorisations à plusieurs vaccins contre le Covid-19, s'est dite mercredi la cible d'une cyberattaque au cours de laquelle des documents liés à Pfizer et BioNTech ont été piratés, alors que la course à la vaccination des populations est désormais lancée sur la planète.

"L'AEM a été l'objet d'une cyberattaque. L'agence a rapidement ouvert une enquête complète, en étroite coopération avec la police", a indiqué l'agence européenne, basée à Amsterdam, sans préciser quand l'attaque avait exactement eu lieu ni par qui elle avait été menée. L'AEM, qui contrôle les médicaments de l'ensemble des 27 Etats membres de l'UE, doit rendre le 29 décembre au plus tard sa décision sur une autorisation conditionnelle du vaccin Pfizer/BioNTech, déjà approuvé au Royaume-Uni, à Bahreïn et au Canada. Le groupe Pfizer a dans la foulée annoncé que des documents liés à la demande d'autorisation de son vaccin avaient été piratés pendant cette cyberattaque, mais que "ni le système de BioNTech ni celui de Pfizer n'(avaient) été violés en lien avec cet incident".

La cyberattaque à l'encontre de l'AEM a eu lieu après une série d'avertissements ces derniers mois autour de piratages et tentatives de hacking en lien avec la pandémie de Covid-19, visant laboratoires et entreprises pharmaceutiques occidentales. A ce jour, 51 candidats vaccins sont testés sur des humains, 13 étant en dernière phase d'essais, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Un verdict sur le vaccin de Moderna doit être rendu d'ici le 12 janvier par l'AEM. Le régulateur européen des médicaments procède également à l'examen d'autres vaccins développés par l'université d'Oxford et AstraZeneca ainsi que Johnson & Johnson.

L'Agence européenne des médicaments (AEM), qui délibère actuellement sur la délivrance d'autorisations à plusieurs vaccins contre le Covid-19, s'est dite mercredi la cible d'une cyberattaque au cours de laquelle des documents liés à Pfizer et BioNTech ont été piratés, alors que la course à la vaccination des populations est désormais lancée sur la planète."L'AEM a été l'objet d'une cyberattaque. L'agence a rapidement ouvert une enquête complète, en étroite coopération avec la police", a indiqué l'agence européenne, basée à Amsterdam, sans préciser quand l'attaque avait exactement eu lieu ni par qui elle avait été menée. L'AEM, qui contrôle les médicaments de l'ensemble des 27 Etats membres de l'UE, doit rendre le 29 décembre au plus tard sa décision sur une autorisation conditionnelle du vaccin Pfizer/BioNTech, déjà approuvé au Royaume-Uni, à Bahreïn et au Canada. Le groupe Pfizer a dans la foulée annoncé que des documents liés à la demande d'autorisation de son vaccin avaient été piratés pendant cette cyberattaque, mais que "ni le système de BioNTech ni celui de Pfizer n'(avaient) été violés en lien avec cet incident".La cyberattaque à l'encontre de l'AEM a eu lieu après une série d'avertissements ces derniers mois autour de piratages et tentatives de hacking en lien avec la pandémie de Covid-19, visant laboratoires et entreprises pharmaceutiques occidentales. A ce jour, 51 candidats vaccins sont testés sur des humains, 13 étant en dernière phase d'essais, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Un verdict sur le vaccin de Moderna doit être rendu d'ici le 12 janvier par l'AEM. Le régulateur européen des médicaments procède également à l'examen d'autres vaccins développés par l'université d'Oxford et AstraZeneca ainsi que Johnson & Johnson.