Depuis le 30 septembre, l'appli CoronAlert est disponible gratuitement pour tout un chacun et ce, tant sur iOS que sur Android. Deux semaines plus tard environ, elle avait déjà été téléchargée à un million de reprises. Aujourd'hui, on en est donc à 1,7 million de téléchargements, selon les développeurs de l'appli sur Twitter. Et d'ajouter que 56.000 personnes ont aussi reçu leur résultat de testing via l'appli. Quelque 20 pour cent d'entre eux étaient positifs.

Toujours sur Twitter, les développeurs déclarent que CoronAlert sera connectée en novembre déjà au hub européen d'applis corona, ce qui fait qu'elle fonctionnera également aux Pays-Bas et en Allemagne par exemple.

L'appli de détection de contacts est destinée à contrer la propagation du coronavirus et tient à jour les personnes avec qui il y a eu un contact physique, en échangeant via Bluetooth des codes avec les smartphones proches. Ces codes restent anonymes. Lorsqu'un médecin diagnostique une contamination, l'utilisateur reçoit un code à saisir dans l'appli. Cette dernière envoie alors une notification à toutes les personnes qui se sont trouvées à proximité du patient infecté. Ces personnes doivent à leur tour prendre contact avec un médecin.

Depuis le 30 septembre, l'appli CoronAlert est disponible gratuitement pour tout un chacun et ce, tant sur iOS que sur Android. Deux semaines plus tard environ, elle avait déjà été téléchargée à un million de reprises. Aujourd'hui, on en est donc à 1,7 million de téléchargements, selon les développeurs de l'appli sur Twitter. Et d'ajouter que 56.000 personnes ont aussi reçu leur résultat de testing via l'appli. Quelque 20 pour cent d'entre eux étaient positifs.Toujours sur Twitter, les développeurs déclarent que CoronAlert sera connectée en novembre déjà au hub européen d'applis corona, ce qui fait qu'elle fonctionnera également aux Pays-Bas et en Allemagne par exemple.L'appli de détection de contacts est destinée à contrer la propagation du coronavirus et tient à jour les personnes avec qui il y a eu un contact physique, en échangeant via Bluetooth des codes avec les smartphones proches. Ces codes restent anonymes. Lorsqu'un médecin diagnostique une contamination, l'utilisateur reçoit un code à saisir dans l'appli. Cette dernière envoie alors une notification à toutes les personnes qui se sont trouvées à proximité du patient infecté. Ces personnes doivent à leur tour prendre contact avec un médecin.