L'entreprise de Rutger Bevers se concentre sur les événements réseautiques en ligne. Elle ne concurrence pas Zoom, Teams ou Webex, mais se positionne comme une plate-forme bout-à-bout qui gère vos événements en ligne. Créer des profils, établir des communications et élaborer un agenda de manière optimale, en y intégrant des technologies de mise en réseau et de visioconférence.

L'investissement récolté regroupe un subside de VLAIO, quelques investisseurs individuels et une banque. Précédemment déjà, Conversation Starter avait levé des fonds via Imec.istart.

Avec cet argent, Conversation Starter entend se renforcer structurellement. D'une part, l'entreprise se focalisera sur Afterhours, sa propre marque événementielle qui était initialement destinée à montrer le produit Conversation Starter, mais qui mène à présent sa propre existence. L'investissement lui servira aussi à s'internationaliser davantage.

C'est ainsi que depuis quelques mois, l'entreprise dispose d'un collaborateur à Amsterdam qui démarche la communauté commerciale locale d'entrepreneurs, de start-ups et d'agences. L'objectif est d'attirer le public-cible local vers les événements réseautiques en ligne, où il fera connaissance avec des gens d'autres régions ou cercles réseautiques.

'Récemment, nous avons organisé un événement consacré au marketing réunissant des personnes issues du monde académique, des entreprises, des startups et des agences. On obtient ainsi un groupe unique de gens qui ne se seraient peut-être pas rencontrés dans l'immédiat. L'ambition est d'atteindre la communauté locale de différents concentrateurs d'innovations comme Londres ou New York', déclare Rutger Bevers. 'Cela génère également un solide avantage d'échelle résultant de l'association de gens au niveau international.'

L'entreprise de Rutger Bevers se concentre sur les événements réseautiques en ligne. Elle ne concurrence pas Zoom, Teams ou Webex, mais se positionne comme une plate-forme bout-à-bout qui gère vos événements en ligne. Créer des profils, établir des communications et élaborer un agenda de manière optimale, en y intégrant des technologies de mise en réseau et de visioconférence.L'investissement récolté regroupe un subside de VLAIO, quelques investisseurs individuels et une banque. Précédemment déjà, Conversation Starter avait levé des fonds via Imec.istart.Avec cet argent, Conversation Starter entend se renforcer structurellement. D'une part, l'entreprise se focalisera sur Afterhours, sa propre marque événementielle qui était initialement destinée à montrer le produit Conversation Starter, mais qui mène à présent sa propre existence. L'investissement lui servira aussi à s'internationaliser davantage.C'est ainsi que depuis quelques mois, l'entreprise dispose d'un collaborateur à Amsterdam qui démarche la communauté commerciale locale d'entrepreneurs, de start-ups et d'agences. L'objectif est d'attirer le public-cible local vers les événements réseautiques en ligne, où il fera connaissance avec des gens d'autres régions ou cercles réseautiques.'Récemment, nous avons organisé un événement consacré au marketing réunissant des personnes issues du monde académique, des entreprises, des startups et des agences. On obtient ainsi un groupe unique de gens qui ne se seraient peut-être pas rencontrés dans l'immédiat. L'ambition est d'atteindre la communauté locale de différents concentrateurs d'innovations comme Londres ou New York', déclare Rutger Bevers. 'Cela génère également un solide avantage d'échelle résultant de l'association de gens au niveau international.'