L'offre d'Ale-Brutélé était de 475 millions d'euros. On ne sait pas exactement si ce montant est resté ou non inchangé dans le cadre de l'actuel accord, mais il ne devrait en tout cas pas être beaucoup moindre. Selon De Tijd, le montant de la reprise pouvait varier en fonction de plusieurs facteurs, à savoir le rachat des dettes, la non-reprise de l'ensemble du personnel et des pensions, ainsi qu'une rentabilité plus élevée que prévu.De Tijd indique aussi que durant les négociations, il a fallu tenir compte aussi d'une nouvelle procédure judiciaire introduite par Telenet et d'éventuels dommages et intérêts. En fait, le câbleur malinois était aussi intéressé par ce rachat, mais fut écarté du tour final. Telenet avait alors estimé que la procédure de sélection revêtait une connotation douteuse et déposa une plainte tant auprès de la Justice que du Conseil d'Etat.

L'offre d'Ale-Brutélé était de 475 millions d'euros. On ne sait pas exactement si ce montant est resté ou non inchangé dans le cadre de l'actuel accord, mais il ne devrait en tout cas pas être beaucoup moindre. Selon De Tijd, le montant de la reprise pouvait varier en fonction de plusieurs facteurs, à savoir le rachat des dettes, la non-reprise de l'ensemble du personnel et des pensions, ainsi qu'une rentabilité plus élevée que prévu.De Tijd indique aussi que durant les négociations, il a fallu tenir compte aussi d'une nouvelle procédure judiciaire introduite par Telenet et d'éventuels dommages et intérêts. En fait, le câbleur malinois était aussi intéressé par ce rachat, mais fut écarté du tour final. Telenet avait alors estimé que la procédure de sélection revêtait une connotation douteuse et déposa une plainte tant auprès de la Justice que du Conseil d'Etat.