Matt Farley (35 ans) est un artiste très moyen, mais avec sa connaissance de la technologie et d'internet, il a néanmoins trouvé une façon de s'en mettre plein les poches avec son travail que l'on retrouve sous une forme numérique sur Spotify, iTunes et Amazon notamment.

Comment? Farley produit entre cinq et cent chansons par jour - en moyenne, il sort une vingtaine de chansons par jour et en a écrit en six ans 14.000 déjà -, dont les titres contiennent des termes ou des noms qui sont souvent saisis dans les fonctions de recherche des services (de diffusion) musicaux. 'Farley a une chanson à propos de tout ce que les gens recherchent en ligne', peut-on lire sur son site.

Il n'est lui-même pas un artiste populaire, mais il consacre des chansons à des artistes bien connus. Avec Papa Razzi and the Photogs, l'un de ses 65 groupes, il a enregistré des chansons en rapport avec n'importe quelle star mondiale imaginable: de la littérature classique jusqu'à Hollywood. Quiconque recherche ces célébrités sur une appli telle Spotify, tombe aussi sur les chansons de Farley, y clique et contribue ainsi à son projet de hobby lucratif - il travaille également dans le secteur des soins - avec lequel il a empoché quasiment 17.000 euros rien qu'en 2013.

Matt Farley (35 ans) est un artiste très moyen, mais avec sa connaissance de la technologie et d'internet, il a néanmoins trouvé une façon de s'en mettre plein les poches avec son travail que l'on retrouve sous une forme numérique sur Spotify, iTunes et Amazon notamment. Comment? Farley produit entre cinq et cent chansons par jour - en moyenne, il sort une vingtaine de chansons par jour et en a écrit en six ans 14.000 déjà -, dont les titres contiennent des termes ou des noms qui sont souvent saisis dans les fonctions de recherche des services (de diffusion) musicaux. 'Farley a une chanson à propos de tout ce que les gens recherchent en ligne', peut-on lire sur son site. Il n'est lui-même pas un artiste populaire, mais il consacre des chansons à des artistes bien connus. Avec Papa Razzi and the Photogs, l'un de ses 65 groupes, il a enregistré des chansons en rapport avec n'importe quelle star mondiale imaginable: de la littérature classique jusqu'à Hollywood. Quiconque recherche ces célébrités sur une appli telle Spotify, tombe aussi sur les chansons de Farley, y clique et contribue ainsi à son projet de hobby lucratif - il travaille également dans le secteur des soins - avec lequel il a empoché quasiment 17.000 euros rien qu'en 2013.