En bref:

  • Les développeurs peuvent via Microsoft créer des bots ou combiner des bots existants à Skype par l'intermédiaire du Microsoft Bot Framework.
  • Skype va intégrer l'assistant vocal Cortana.
  • Les consommateurs peuvent dès à présent utiliser ces bots sur Skype.
  • Microsoft partage 22 API pour identifier des choses telles des illustrations, la voix, l'autosuggestion, etc.

"Conversations as a platform", voilà comment le CEO Satya Nadella qualifie le phénomène. "Nous voulons pouvoir mener les conversations les plus naturelles qui soient avec les assistants numériques personnels qui vous connaissent, vous accompagnent partout et vous soutiennent dans la vie. Ces bots sont une nouvelle forme d'application. Vous allez pouvoir leur demander des infos au cours d'un entretien. Vous parlerez avec des personnes, des bots, des assistants numériques personnels, et ces derniers prendront aussi des rendez-vous et règleront des affaires en votre nom. Tel sera l'avenir proche."

Le premier discours thématique prononcé lors de Build abordait un sujet général: l'intelligence artificielle. C'est ainsi que les développeurs pourront incorporer Cortana dans leurs applis et services, alors que l'assistant vocal pourra apprendre de tous ces éléments, afin de mieux interagir avec les utilisateurs. Aujourd'hui déjà, il existe un peu moins de mille applis compatibles avec l'assistant vocal.

Désormais, Cortana fera également partie de Skype et ce, sur Windows, iOS et Android. "Le Skype tel que nous le connaissons, sera plus serviable et plus entraînant." L'on en a eu aussitôt la preuve avec une démonstration au cours de laquelle quelqu'un pouvait effectuer une réservation d'hôtel via Cortana dans Skype en parlant simplement au chatbot. Dès à présent, les développeurs peuvent utiliser le Skype bot SDK, alors que les consommateurs pourront sous peu recourir aussi à ce genre de bots.

Commande automatisée de pizzas

Microsoft a aussi procédé à la démonstration du Domino's pizza bot permettant de passer une commande simplement par chat. Le chatbot identifie alors la commande et l'exécute. "Le robot reconnaît une série de synonymes (en anglais) tels grab, order, purchase, etc. Mais l'on peut aussi étendre sa connaissance, sans recourir à du code", a expliqué Lili Cheng de Microsoft.

Il est même ainsi possible d'utiliser certains mots d'argot pour désigner un emplacement, une personne, voire une commande. "S'il s'agit d'une commande vraiment incompréhensible, elle est alors transmise à un opérateur humain. La commande proprement dite (ou du moins ce qui en a été compris) est alors aussitôt combinée au système des commandes.

Cette technologie, le Microsoft Bot Framework, est disponible dès à présent. Vous pouvez ainsi créer vos propres bots ou associer des bots existants à Skype par exemple.

Cognitive Services

Enfin, Microsoft va partager 22 API en matière vocale, d'interprétation linguistique, recherche, illustrations, autosuggestion et bien d'autres. "Ce sont là des années de recherche Microsoft que nous allons partager avec les développeurs", affirme à ce propos Cornelia Carapcea de Microsoft.

Qu'est-ce que cela signifie? Dans le cadre d'une démo, l'entreprise montre comment ces API sont intégrées à une appli pour smartphone ou à des lunettes intelligentes pour malvoyants. Ces derniers reçoivent ainsi non seulement des informations sur ce qui se trouve sur un menu de restaurant par exemple en en effectuant une photo. Mais aussi comment un réglage s'effectue au cas où le menu n'apparaîtrait pas en entier lors de la prise de la photo.

"Tout cela tourne autour de la passion et de l'empathie pour permettre de réaliser des choses pour tout un chacun", conclut Nadella.

Est-ce révolutionnaire? Oui et non. Les chatbots dont Microsoft fait la démonstration, ne sont pas uniques. En effet, quiconque ouvre aujourd'hui un important site de vente au détail, peut déjà poser des questions à un assistant chat robotisé. Mais Microsoft permet à présent aux développeurs, mais aussi aux entreprises plus modestes de mettre au point ce genre de bots.

Le fait qu'ils peuvent être combinés à Cortana, Skype et, à l'avenir, à d'autres services encore, offre à ce genre de concept nettement plus de possibilités. Ce faisant, Cortana se distingue de Siri, un assistant vocal pourtant nettement plus populaire que Cortana, mais qui n'a pas les mêmes possibilités d'intégration. C'est à Microsoft qu'il appartient de démocratiser l'intelligence artificielle, de préférence via la plate-forme 'cloud' Azure.

En bref: "Conversations as a platform", voilà comment le CEO Satya Nadella qualifie le phénomène. "Nous voulons pouvoir mener les conversations les plus naturelles qui soient avec les assistants numériques personnels qui vous connaissent, vous accompagnent partout et vous soutiennent dans la vie. Ces bots sont une nouvelle forme d'application. Vous allez pouvoir leur demander des infos au cours d'un entretien. Vous parlerez avec des personnes, des bots, des assistants numériques personnels, et ces derniers prendront aussi des rendez-vous et règleront des affaires en votre nom. Tel sera l'avenir proche."Le premier discours thématique prononcé lors de Build abordait un sujet général: l'intelligence artificielle. C'est ainsi que les développeurs pourront incorporer Cortana dans leurs applis et services, alors que l'assistant vocal pourra apprendre de tous ces éléments, afin de mieux interagir avec les utilisateurs. Aujourd'hui déjà, il existe un peu moins de mille applis compatibles avec l'assistant vocal.Désormais, Cortana fera également partie de Skype et ce, sur Windows, iOS et Android. "Le Skype tel que nous le connaissons, sera plus serviable et plus entraînant." L'on en a eu aussitôt la preuve avec une démonstration au cours de laquelle quelqu'un pouvait effectuer une réservation d'hôtel via Cortana dans Skype en parlant simplement au chatbot. Dès à présent, les développeurs peuvent utiliser le Skype bot SDK, alors que les consommateurs pourront sous peu recourir aussi à ce genre de bots.Commande automatisée de pizzas Microsoft a aussi procédé à la démonstration du Domino's pizza bot permettant de passer une commande simplement par chat. Le chatbot identifie alors la commande et l'exécute. "Le robot reconnaît une série de synonymes (en anglais) tels grab, order, purchase, etc. Mais l'on peut aussi étendre sa connaissance, sans recourir à du code", a expliqué Lili Cheng de Microsoft.Il est même ainsi possible d'utiliser certains mots d'argot pour désigner un emplacement, une personne, voire une commande. "S'il s'agit d'une commande vraiment incompréhensible, elle est alors transmise à un opérateur humain. La commande proprement dite (ou du moins ce qui en a été compris) est alors aussitôt combinée au système des commandes.Cette technologie, le Microsoft Bot Framework, est disponible dès à présent. Vous pouvez ainsi créer vos propres bots ou associer des bots existants à Skype par exemple.Cognitive ServicesEnfin, Microsoft va partager 22 API en matière vocale, d'interprétation linguistique, recherche, illustrations, autosuggestion et bien d'autres. "Ce sont là des années de recherche Microsoft que nous allons partager avec les développeurs", affirme à ce propos Cornelia Carapcea de Microsoft.Qu'est-ce que cela signifie? Dans le cadre d'une démo, l'entreprise montre comment ces API sont intégrées à une appli pour smartphone ou à des lunettes intelligentes pour malvoyants. Ces derniers reçoivent ainsi non seulement des informations sur ce qui se trouve sur un menu de restaurant par exemple en en effectuant une photo. Mais aussi comment un réglage s'effectue au cas où le menu n'apparaîtrait pas en entier lors de la prise de la photo. "Tout cela tourne autour de la passion et de l'empathie pour permettre de réaliser des choses pour tout un chacun", conclut Nadella.Est-ce révolutionnaire? Oui et non. Les chatbots dont Microsoft fait la démonstration, ne sont pas uniques. En effet, quiconque ouvre aujourd'hui un important site de vente au détail, peut déjà poser des questions à un assistant chat robotisé. Mais Microsoft permet à présent aux développeurs, mais aussi aux entreprises plus modestes de mettre au point ce genre de bots.Le fait qu'ils peuvent être combinés à Cortana, Skype et, à l'avenir, à d'autres services encore, offre à ce genre de concept nettement plus de possibilités. Ce faisant, Cortana se distingue de Siri, un assistant vocal pourtant nettement plus populaire que Cortana, mais qui n'a pas les mêmes possibilités d'intégration. C'est à Microsoft qu'il appartient de démocratiser l'intelligence artificielle, de préférence via la plate-forme 'cloud' Azure.