La fusion avait été annoncée le mois passé déjà, après que la Nederlandse Autoriteit Consument en Markt eut mis ce projet en ligne. A ce moment, les entreprises concernées ne pouvaient guère faire de commentaire, sauf qu'il s'agissait d'une fusion.

En taille, Combell et TransIP sont proches l'une de l'autre. Trans IP a été fondée en 2003 par Ali Niknam et compte 400.000 clients en Europe, où elle fournit des services internet et de connectivité. L'année dernière, l'entreprise avait racheté IT-Ernity. Elle propose notamment les marques CloudVPS, DDS, Proserve, Signet, VDX et Webstekker. TransIP a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de quelque 70 millions d'euros avec 210 collaborateurs.

De son côté, Combell, qui a vu le jour en 1999, est depuis quelque temps activement occupée à effectuer des rachats. Aux Pays-Bas, elle a ainsi repris cette année encore iXL Hosting, avant de collaborer précédemment déjà avec la danoise Zitcom, puis de reprendre la belge Nucleus. Combell possède quasiment 800.000 clients et est dirigée par Jonas Dhaenens, qui fut élu en 2016 ICT Personality of the Year par Data News.

Conjointement, team.blue aura plus d'1,2 million de clients et occupera six cents personnes. Dhaenens sera le CEO de l'entreprise fusionnée et se chargera donc de la vision du groupe. Pour sa part, Niknam, qui est également CEO de la start-up bancaire Bunq, il siégera en sa qualité d'investisseur de team.blue au sein du conseil d'administration.

"L'objectif de team.blue est simple: être le meilleur sur le marché. Nous pourrons tenir cette promesse en raison de notre souci d'innover constamment, pour lequel nous réunissons les personnes les plus expérimentées de notre segment industriel. Nous pouvons de la sorte être un véritable partenaire technologique pour nos clients, ainsi qu'un facilitateur numérique pour les entreprises et les entrepreneurs", explique Jonas Dhaenens dans un communiqué.