En juillet, Arrow Electronics annonçait que dans le cadre d'une opération de rénovation stratégique, l'entreprise délaissait le recyclage IT, alias l''IT Asset Disposition Business' (ITAD). Les départements 'personal computer & mobility asset disposition' d'Arrow en Belgique (l'ex-Flection malinoise, ndlr), en Suède et en Grande-Bretagne cessaient leurs activités. Voilà qui généra des problèmes pour de nombreux partenaires de l'écosystème, dont Close the Gap, qui faisait appel majoritairement aux services d'Arrow.

Le département devient CTG Circular

Close the Gap rachète par conséquent aujourd'hui Arrow Value Recovery à Malines et la rebaptise CTG Circular. Olivier Vanden Eynde, CEO de Close the Gap, insiste sur le fait que tous les engagements existants et le personnel sont également repris. "Arrow était notre plus important partenaire. L'entreprise croyait dur comme fer en notre modèle, lorsque j'ai créé Close the Gap il y a 15 ans. C'est grâce à elle que nous avons recyclé conjointement plus d'un million d'appareils. Cette cruciale valeur ajoutée, nous ne pouvions la laisser disparaître", explique Vanden Eynde. Le rachat est du reste financé indépendamment de l'a.s.b.l. via Close the Gap Europe Investment BV sous la forme d'un 'special purpose vehicle'. Deloitte et Janson ont prodigué les conseils nécessaires quant à la transaction, à la structure et à la 'due diligence' (vérification préalable). Ces prochains mois, Arrow se chargera encore de la transition.

Des liens avec le Kenya

Alain Braeckmans, co-directeur de CTG Circular, ajoute aussitôt que CTG Circular entretiendra des liens étroits avec le concentrateur d'incubation de Close the Gap au Kenya. "De plus, CTG Circular investira également dans une installation exempte de CO2", affirme Braeckmans. Cette semaine encore, Close the Gap fêtait son 15ème anniversaire. Dans ce cadre, l'organisation non marchande annonça disposer dorénavant d'une entité commerciale et étendre ses activités au Kenya. Close the Gap entend ainsi exercer un plus grand impact sur l'économie circulaire. "Nous voulons devenir un fournisseur de services complet et proposer la totalité de la chaîne", avait déclaré Vanden Eynde à cette occasion. Le rachat s'inscrit parfaitement dans cette stratégie.

Close the Gap insiste sur le fait que le fonctionnement et le management de l'organisation non marchande existante et du nouveau département commercial seront radicalement séparés, mais qu'il y aura à coup sûr des synergies. Pour éviter les conflits d'intérêt, les procédures nécessaires seront élaborées. A plus long terme, CTG Circular devrait devenir un concentrateur à part entière dans l'économie circulaire. "En ajoutant cette importante pièce au puzzle, nous serons tout à fait prêts pour la prochaine phase de croissance", conclut Christina von Wackerbarth, depuis peu présidente de Close the Gap.