Mardi soir à Tervuren, l'a.s.b.l. belge Close the Gap fêtait son quinzième anniversaire. Sa mission a toujours été de combler l'écart numérique dans le monde, mais sa stratégie a déjà été actualisée à quelques reprises. Son fondateur Olivier Vanden Eynde a annoncé clairement hier que Close the Gap est de nouveau arrivée à un important moment charnière. Un département commercial vient en effet s'ajouter à l'organisation non marchande. "Nous voulons devenir un fournisseur de services complet et proposer la totalité de la chaîne", a affirmé Vanden Eynde. "Le but est d'avoir ainsi plus d'impact en tant qu'entreprise sociale". Et qui dit nouvelle approche, dit aussi nouveau logo: 'CTG Circular'.

Concrètement, Close the Gap va ouvrir un nouvel incubateur à Mombasa, la deuxième plus importante ville du Kenya. Un ancien centre commercial y sera rénové pour devenir un concentrateur pour les jeunes qui veulent démarrer une activité basée sur internet. Il proposera des bureaux, mais aussi de la formation, du mentoring, de l'accompagnement et de l'IT-makerspace. Le concentrateur devrait être prêt l'année prochaine.

Dans la capitale Nairobi, Close the Gap misera davantage encore sur son activité de recyclage d'ordinateurs. "L'important, c'est de le faire au niveau local. A Mombasa également, nous allons développer un écosystème local avec des employés locaux", insiste Vanden Eynde. Et Didier Appels, impact & strategic partnerships director chez Close the Gap, d'ajouter qu'il s'agira là d'une première étape, mais à coup sûr pas de la dernière: "Partout où nous sommes actifs, nous voulons faire grand cas d'une communauté locale. Nairobi et Mombasa seront nos premiers investissements, mais il y en aura assurément d'autres encore."

L'événement de Tervuren marquait du reste aussi le départ d'Olivier Vanden Eynde. Sa famille et lui rejoignent en effet Mombasa. Il prévoit cependant des allers et retours mensuels en Belgique. Il garde sa fonction de managing director de Close the Gap.