SigFox, ce nom ne vous parle-t-il pas directement? Un petit retour en arrière s'impose dans ce cas. La firme française SigFox confirma en 2015 son désir de mettre en oeuvre dans notre pays aussi - tout comme dans de nombreux autres états européens - un vaste réseau à moindre coût reliant capteurs et appareils. Engie, qui avait déjà investi dans Sigfox, fut alors choisie comme partenaire pour l'installation et l'exploitation du réseau. Deux années plus tard, le réseau IoT était entièrement prêt pour affronter notamment la concurrence du réseau LoRa de Proximus qui proposait un service similaire.

Citymesh rachète donc à présent le team Engie M2M et ses clients. Actuellement en Belgique, plus de 250.000 appareils IoT sont connectés via le réseau Sigfox. C'est singulièrement moins que l'attente initiale de 2017 qui était de 10 millions d'objets connectés à l'horizon 2022. 'Grâce à ce rachat, nos clients auront accès à un large éventail technologique, et nous allons étendre la proposition de valeur', déclare Dirk Indigne, CEO d'Engie M2M. Ce rachat va de pair avec le départ de tous les actionnaires existants. Les deux acteurs ne communiquent aucun détail financier.

Faible bande passante, grande autonomie de la batterie

En raison de la bande passante extrêmement faible en combinaison avec une grande autonomie de la batterie, les réseaux IoT, comme ceux de Sigfox, ont déjà été qualifiés de 0G, là où la 5G est considérée comme la technologie de communication 'à haut débit' la plus rapide. Ce type de réseau 0G est notamment conçu pour les compteurs d'eau numériques, les applications 'track & trace', mais aussi pour les endroits malaisément accessibles comme des constructions en béton ou souterraines. Cela est dû au fait que les mini-paquets de données sont envoyés sur de basses fréquences d'une portée supérieure au wifi par exemple.

Rachat stratégique

Pour Citymesh, ce rachat est surtout destiné à compléter sa gamme sans fil par la connectivité 0G. Avec le réseau Sigfox, Citymesh possèdera dorénavant, en plus de licences 4G et 5G, également son propre réseau IoT national. 'L'acquisition d'un réseau IoT national IoT nous donne l'ambition de devenir le quatrième opérateur sur le marché B2B', affirme Mitch De Geest, CEO de Citymesh, qui a trouvé en Cegeka depuis décembre de l'année dernière un nouvel actionnaire majoritaire. 'Citymesh se focalisera sur l'installation, la connexion et la surveillance des capteurs. Cegeka pourra alors se charger de la normalisation, de la consolidation et de la visualisation des données, afin d'optimaliser les processus d'entreprise', explique Mitch De Geest. Pour Stijn Bijnens, CEO de Cegeka, il est aussi question de données: 'Via le réseau Sigfox IoT, nous pourrons collecter les données de nos clients. Nos spécialistes en matière de 'data science' et de 'data intelligence' pourront ensuite aider nos clients à utiliser ces données de manière intelligente.'

SigFox, ce nom ne vous parle-t-il pas directement? Un petit retour en arrière s'impose dans ce cas. La firme française SigFox confirma en 2015 son désir de mettre en oeuvre dans notre pays aussi - tout comme dans de nombreux autres états européens - un vaste réseau à moindre coût reliant capteurs et appareils. Engie, qui avait déjà investi dans Sigfox, fut alors choisie comme partenaire pour l'installation et l'exploitation du réseau. Deux années plus tard, le réseau IoT était entièrement prêt pour affronter notamment la concurrence du réseau LoRa de Proximus qui proposait un service similaire. Citymesh rachète donc à présent le team Engie M2M et ses clients. Actuellement en Belgique, plus de 250.000 appareils IoT sont connectés via le réseau Sigfox. C'est singulièrement moins que l'attente initiale de 2017 qui était de 10 millions d'objets connectés à l'horizon 2022. 'Grâce à ce rachat, nos clients auront accès à un large éventail technologique, et nous allons étendre la proposition de valeur', déclare Dirk Indigne, CEO d'Engie M2M. Ce rachat va de pair avec le départ de tous les actionnaires existants. Les deux acteurs ne communiquent aucun détail financier.En raison de la bande passante extrêmement faible en combinaison avec une grande autonomie de la batterie, les réseaux IoT, comme ceux de Sigfox, ont déjà été qualifiés de 0G, là où la 5G est considérée comme la technologie de communication 'à haut débit' la plus rapide. Ce type de réseau 0G est notamment conçu pour les compteurs d'eau numériques, les applications 'track & trace', mais aussi pour les endroits malaisément accessibles comme des constructions en béton ou souterraines. Cela est dû au fait que les mini-paquets de données sont envoyés sur de basses fréquences d'une portée supérieure au wifi par exemple.Pour Citymesh, ce rachat est surtout destiné à compléter sa gamme sans fil par la connectivité 0G. Avec le réseau Sigfox, Citymesh possèdera dorénavant, en plus de licences 4G et 5G, également son propre réseau IoT national. 'L'acquisition d'un réseau IoT national IoT nous donne l'ambition de devenir le quatrième opérateur sur le marché B2B', affirme Mitch De Geest, CEO de Citymesh, qui a trouvé en Cegeka depuis décembre de l'année dernière un nouvel actionnaire majoritaire. 'Citymesh se focalisera sur l'installation, la connexion et la surveillance des capteurs. Cegeka pourra alors se charger de la normalisation, de la consolidation et de la visualisation des données, afin d'optimaliser les processus d'entreprise', explique Mitch De Geest. Pour Stijn Bijnens, CEO de Cegeka, il est aussi question de données: 'Via le réseau Sigfox IoT, nous pourrons collecter les données de nos clients. Nos spécialistes en matière de 'data science' et de 'data intelligence' pourront ensuite aider nos clients à utiliser ces données de manière intelligente.'