Le Digital Readiness Index est destiné à aider les pouvoirs publics à relever et améliorer les défis de leur société numérique. C'est le Grand-duché de Luxembourg qui, en Europe, enregistre les progrès numériques les plus nets, comme il ressort de l'étude. La Belgique occupe la 24ème position, juste derrière la France. Notre pays est ainsi le dernier dans la catégorie 'Amplify', où l'on trouve le plus haut niveau de progrès numériques.

Selon l'index, on trouve ensuite 93 pays au stade 'Accelerate', situés dans une phase intermédiaire de leur évolution numérique. Au bas du classement figurent encore 24 pays dans la catégorie 'Activate', à savoir la phase la plus basse.

"L'infrastructure et la connaissance disponibles sont de puissants indicateurs des progrès numériques d'un pays", affirme Arnaud Spirlet, General Manager de Cisco Belgique et Luxembourg. "Sur ces points, la Belgique doit amplifier ses efforts. Les compétences acquises sont très vite dépassées, et il en faut de complètement nouvelles en permanence."

Cisco a tenu compte de sept critères pour mesurer les progrès numériques au niveau mondial: les besoins de base (20ème place pour la Belgique), le capital humain (32ème), la facilité de fonctionnement (24ème), les investissements publics et commerciaux (15ème), le cadre de travail pour les startups (30ème), l'infrastructure technologique (23ème) et la connaissance numérique (24ème).

Le Digital Readiness Index est destiné à aider les pouvoirs publics à relever et améliorer les défis de leur société numérique. C'est le Grand-duché de Luxembourg qui, en Europe, enregistre les progrès numériques les plus nets, comme il ressort de l'étude. La Belgique occupe la 24ème position, juste derrière la France. Notre pays est ainsi le dernier dans la catégorie 'Amplify', où l'on trouve le plus haut niveau de progrès numériques.Selon l'index, on trouve ensuite 93 pays au stade 'Accelerate', situés dans une phase intermédiaire de leur évolution numérique. Au bas du classement figurent encore 24 pays dans la catégorie 'Activate', à savoir la phase la plus basse."L'infrastructure et la connaissance disponibles sont de puissants indicateurs des progrès numériques d'un pays", affirme Arnaud Spirlet, General Manager de Cisco Belgique et Luxembourg. "Sur ces points, la Belgique doit amplifier ses efforts. Les compétences acquises sont très vite dépassées, et il en faut de complètement nouvelles en permanence."Cisco a tenu compte de sept critères pour mesurer les progrès numériques au niveau mondial: les besoins de base (20ème place pour la Belgique), le capital humain (32ème), la facilité de fonctionnement (24ème), les investissements publics et commerciaux (15ème), le cadre de travail pour les startups (30ème), l'infrastructure technologique (23ème) et la connaissance numérique (24ème).