Les réseaux sont devenus si complexes et si polyvalents aujourd'hui qu'il est impossible de pouvoir encore tout contrôler manuellement. L'Internet of Things (IoT), la chaîne de blocs, le wifi 6, la 5G, le nuage - "le tout regroupé dans un environnement multi-domaine dynamique, qui réclame une nouvelle technologie réseautique incluant l'intelligence artificielle et l'apprentissage machine comme forces motrices pour atteindre un haut degré d'automatisation et de sécurité", comme le déclare Scott Harrell, Senior VP et GM de l'Enterprise Networking Business chez Cisco. "Il y a deux ans déjà, nous avions lancé une série de produits et de services sur base de ce qu'on appelle l'intent-based networking, un concept, où l'accent est mis sur la gestion centralisée d'un réseau avec l'aide de notre DNA Center, un tableau de bord avec lequel chaque utilisateur peut créer lui-même des politiques de sécurité réseau et contrôler si elles sont effectivement exécutées comme il le souhaite. En d'autres mots, il s'agit d'adapter parfaitement les performances du réseau aux besoins du métier."
...

Les réseaux sont devenus si complexes et si polyvalents aujourd'hui qu'il est impossible de pouvoir encore tout contrôler manuellement. L'Internet of Things (IoT), la chaîne de blocs, le wifi 6, la 5G, le nuage - "le tout regroupé dans un environnement multi-domaine dynamique, qui réclame une nouvelle technologie réseautique incluant l'intelligence artificielle et l'apprentissage machine comme forces motrices pour atteindre un haut degré d'automatisation et de sécurité", comme le déclare Scott Harrell, Senior VP et GM de l'Enterprise Networking Business chez Cisco. "Il y a deux ans déjà, nous avions lancé une série de produits et de services sur base de ce qu'on appelle l'intent-based networking, un concept, où l'accent est mis sur la gestion centralisée d'un réseau avec l'aide de notre DNA Center, un tableau de bord avec lequel chaque utilisateur peut créer lui-même des politiques de sécurité réseau et contrôler si elles sont effectivement exécutées comme il le souhaite. En d'autres mots, il s'agit d'adapter parfaitement les performances du réseau aux besoins du métier."Selon lui, l'objectif est en premier lieu de créer une meilleure visibilité dans le réseau. Grâce à l'apprentissage machine et à l'AI, il est possible ensuite de plonger dans la masse de données générées par un réseau, pour y découvrir les activités susceptibles d'exercer un grand impact sur le réseau. L'utilisateur peut ainsi intervenir pro-activement. "Tout le monde sait que les réseaux et le nombre d'appareils connectés croissent de manière exponentielle et que la complexité devient toujours plus importante, ce qui fait que les départements IT sont submergés d'avertissements ('alerts') et doivent se limiter aux incidents ayant la plus grande priorité. Alors même qu'ils ne devraient recevoir que les avertissements qui sont importants pour leur domaine spécifique. Mais ce n'est possible qu'en utilisant l'AI pour optimiser la gestion du réseau. Or c'est précisément ce que nous visons avec Cisco AI Network Analytics", explique Harrell.L'analytique dans le nuageL'analytique n'est évidemment pas un nouveau domaine pour Cisco. L'entreprise utilise cette technologie depuis des années déjà pour suivre les grands flux de données dans les réseaux et en distiller des actions. Elle a entre autres mis en oeuvre une collaboration avec SAS, le numéro un du marché en analytique sophistiquée, afin de créer une Edge-to-Enterprise IoT Analytics Platform, une combinaison de Cisco Unified Computing System et d'analytique SAS pour les données provenant de l'internet des objets. Mais avec Cisco AI Network Analytics, l'entreprise lance à présent une plate-forme analytique d'AI et d'apprentissage machine dans le nuage, capable de puiser automatiquement des données de toutes les parties d'une entreprise - centre de données, campus, WAN - pour contrôler le trafic réseautique et les modèles de sécurité dans le but de détecter et résoudre pro-activement les problèmes.Cisco opte ainsi aussi résolument pour la gestion réseautique dans une architecture multi-domaine. Différents domaines sont intégrés, afin que chaque utilisateur puisse être connecté à tout appareil sur chaque réseau avec n'importe quelle application. En accordant évidemment de l'attention aux aspects sécuritaires des différents environnements. Au coeur même de tout cela, on retrouve le Cisco DNA Center, où sont commandés quasiment automatiquement les applications, services et utilisateurs en fonction des priorités de l'entreprise. Les problèmes de réseau, d'applications ou de performances d'un appareil sont affichés et corrigés directement.L'accent est ici placé sur le terme 'automatique', car Cisco entend vraiment simplifier radicalement la gestion réseautique, afin d'alléger la pression qui s'exerce sur les gestionnaires de réseaux et leur équipe. Les premiers tests de la nouvelle solution sur le terrain auraient réduit le nombre d'avertissements de quasiment 75% - "et donc, le personnel IT dispose ainsi de plus de temps pour s'occuper d'autres tâches utiles et plus importantes sur le plan stratégique", précise Scott Harrell. "Le fait que l'on puisse commander l'ensemble du réseau d'entreprise au départ d'une console centrale, simplifie évidemment la gestion de manière substantielle et permet d'implémenter un réseau en quelques minutes au lieu de plusieurs jours, même s'il est question de milliers d'appareils dans le réseau. Et l'automatisation veille à ce qu'il y ait moins d'erreurs humaines et que la sécurité soit garantie au maximum."Une annonce étonnante à Cisco Live: Cisco ouvrira désormais son DNA Center aux développeurs et partenaires, qui veulent créer des applications et des solutions par-dessus son logiciel de gestion réseau, ainsi qu'aux clients qui souhaitent gérer aussi des systèmes réseautiques de concurrents tels HPE ou Juniper Networks. "Nous voulons aussi faire de notre DNA Center la plate-forme de gestion pour l'équipement de tiers", affirme Prashanth Shenoy, VP Enterprise Networks and Developer Marketing chez Cisco. "Voilà pourquoi nous avons déjà introduit plus de 100 API, qui peuvent être utilisées par des applications externes, afin de connecter le réseau aux processus du métier. Ces API ouvertes, les développeurs peuvent les trouver dans Cisco DevNet, un programme qui s'adresse à eux. Dans DevNet, nous avons à présent également mis en oeuvre le DevNet Automation Exchange, où l'on retrouve des gisements de codes partagés de 'use cases' d'automatisation de réseaux. Chaque développeur, partenaire, client et professionnel des réseaux peut ici apporter sa pierre au software et en faire vraiment une source de codes pour l'automatisation de réseaux." En marge, Cisco a lors de sa conférence annoncé aussi une solide extension de son programme de certification DevNet.Il va de soi - comment pourrait-il en être autrement? - que l'internet des objets était également très bien présente à Cisco Live!. Cisco a surtout accordé de l'attention à des environnements complexes et dangereux, comme des raffineries de pétrole, des mines et des usines chimiques exigeant de l'équipement robuste. Dans ce but, l'entreprise présenta de nouveaux commutateurs et point d'accès Catalyst Heavy Duty, ainsi qu'un nouveau Cisco Industrial Router, et annonça le prochain rachat de l'entreprise française Sentryo, spécialiste en technologie IoT/OT industrielle pour les secteurs de l'énergie et du transport notamment.