Dirk Altgassen (Group CIO chez Etex)

"En 2015, Etex était encore un groupe essaimé de quelque 100 entités dans 42 pays dans le monde, reposant sur un long historique de fusions. Cela signifie que peu de services IT mondiaux étaient fournis de manière centralisée et que chaque entité avait sa propre IT locale. Le nouveau CEO Paul van Oyen et moi avions à l'époque lancé un trajet de transformation pour faire d'Etex une seule et même entreprise internationale, et l'organisation IT fut le premier département à adopter cette vision."

"Nous avons démarré de 2016 à 2019 une 'Etex IT Journey', qui constitua une organisation IT holistique et mondiale. En 2020, un nouveau programme de transformation appelé #MoveIT fut lancé pour accélérer encore l'organisation IT et la développer en une organisation moderne de classe mondiale avec uniquement les technologies ad hoc."

"L'IT est ainsi devenue pour Etex le bon exemple et l'élément novateur dans différents domaines, tels le leadership, la collaboration, le développement des collaborateurs (toujours en combinaison avec la technologie adéquate), la méthodologie des projets. Et l'activité de l'entreprise y capitalisa. Un débat permanent au sein de la direction d'Etex est du reste le suivant: avons-nous besoin d'une stratégie numérique pour Etex ou - ce que je répète toujours - la stratégie de l'entreprise ne doit pas devenir plus numérique?"

Guido Lemeire (CIO à la SNCB/NMBS)

"Le trafic quotidien sur notre réseau ferroviaire, le personnel roulant et le voyageur génèrent par leur planning et leurs déplacements au moins autant de données qu'ils en sollicitent. Le défi de la transformation numérique consiste à identifier la valeur ajoutée pour chaque type d'utilisateur dans ce flux de données constant. Nous connectons de manière intelligente à ce flux de données non seulement le voyageur et l'accompagnateur de train, mais aussi le préposé au guichet et les ingénieurs au départ de leurs postes de travail. Il est par exemple question du dénombrement des passagers dans les gares et de l'imbrication dans les trains de plusieurs flux de données: données historiques, réactions en temps réel des accompagnateurs de train, images des caméras dans les gares, etc. Ce sont là toutes de données générées en continu."

"Et nous avons évidemment un faible pour l'IoT. Nos gares et nos rames sont des lieux, où se croisent de nombreux flux de données. Il n'est donc pas étonnant que la plupart des innovations numériques s'y manifestent: qu'il s'agisse d'assistants virtuels dans les gares, du 'seamless ticketing' (billetterie homogène), de l'accessibilité des personnes handicapées, de la constitution des convois ou de l'utilisation de la voix et des caméras. A l'avenir, des appareils IOT feront également partie de l'infrastructure de la SNCB, alors que de nouveaux flux de données généreront de nouvelles applications qui nous aideront mieux encore à atteindre nos objectifs."

"Notre stratégie peut se résumer en deux mots-clés: 'predictability' et 'trusted relationship'. La prévisibilité est une condition de base pour le métier IT au sein de la famille des chemins de fer: grâce à l'utilisation de méthodes et de plates-formes standards, nous parlons la même langue. Mais cela ne suffit souvent pas pour mener à bien les projets complexes de la SNCB. Nous investissons chaque jour dans la relation de travail avec la SNCB et notre partenaire à l'externalisation TCS."

Yves Dupuy (CIO chez Euroclear)

"La gestion de notre transformation numérique chez Euroclear se déroule de deux manières. Primo, nous fixons les buts stratégiques de l'entreprise en termes de transformation numérique. Ces décisions sont prises par les représentants de l'IT et de l'entreprise par le truchement de notre équipe Digital Customer Experience. Secundo, nous veillons à ce que nos plans d'exécution IT correspondent à nos ambitions professionnelles. A cette fin, l'équipe architecturale effectue une évaluation annuelle de la stratégie IT du groupe et de chaque entité."

"Pour ce qui est de la transformation numérique, nous plaçons la méthode Agile tout en haut de la liste. Cette transformation se déroule progressivement au sein d'Euroclear. Cette année, nous avons progressé au niveau de son application et nous pouvons dire que sa maturité croît fortement dans notre organisation."

Sur www.datanewscio.be, nous vous présentons les trois candidats plus en détail. C'est là que vous pouvez aussi voter pour votre candidat favori. Vous n'avez pas encore fait votre choix? Dans le prochain épisode (samedi), les nominés évoqueront pour vous leurs principales priorités, leurs défis à relever, ainsi que leurs réalisations. Et début de la semaine prochaine, vous saurez aussi comment les trois CIO nominés ont réagi à la pandémie. Vous pouvez encore voter jusqu'au 21 octobre.

"En 2015, Etex était encore un groupe essaimé de quelque 100 entités dans 42 pays dans le monde, reposant sur un long historique de fusions. Cela signifie que peu de services IT mondiaux étaient fournis de manière centralisée et que chaque entité avait sa propre IT locale. Le nouveau CEO Paul van Oyen et moi avions à l'époque lancé un trajet de transformation pour faire d'Etex une seule et même entreprise internationale, et l'organisation IT fut le premier département à adopter cette vision.""Nous avons démarré de 2016 à 2019 une 'Etex IT Journey', qui constitua une organisation IT holistique et mondiale. En 2020, un nouveau programme de transformation appelé #MoveIT fut lancé pour accélérer encore l'organisation IT et la développer en une organisation moderne de classe mondiale avec uniquement les technologies ad hoc.""L'IT est ainsi devenue pour Etex le bon exemple et l'élément novateur dans différents domaines, tels le leadership, la collaboration, le développement des collaborateurs (toujours en combinaison avec la technologie adéquate), la méthodologie des projets. Et l'activité de l'entreprise y capitalisa. Un débat permanent au sein de la direction d'Etex est du reste le suivant: avons-nous besoin d'une stratégie numérique pour Etex ou - ce que je répète toujours - la stratégie de l'entreprise ne doit pas devenir plus numérique?""Le trafic quotidien sur notre réseau ferroviaire, le personnel roulant et le voyageur génèrent par leur planning et leurs déplacements au moins autant de données qu'ils en sollicitent. Le défi de la transformation numérique consiste à identifier la valeur ajoutée pour chaque type d'utilisateur dans ce flux de données constant. Nous connectons de manière intelligente à ce flux de données non seulement le voyageur et l'accompagnateur de train, mais aussi le préposé au guichet et les ingénieurs au départ de leurs postes de travail. Il est par exemple question du dénombrement des passagers dans les gares et de l'imbrication dans les trains de plusieurs flux de données: données historiques, réactions en temps réel des accompagnateurs de train, images des caméras dans les gares, etc. Ce sont là toutes de données générées en continu.""Et nous avons évidemment un faible pour l'IoT. Nos gares et nos rames sont des lieux, où se croisent de nombreux flux de données. Il n'est donc pas étonnant que la plupart des innovations numériques s'y manifestent: qu'il s'agisse d'assistants virtuels dans les gares, du 'seamless ticketing' (billetterie homogène), de l'accessibilité des personnes handicapées, de la constitution des convois ou de l'utilisation de la voix et des caméras. A l'avenir, des appareils IOT feront également partie de l'infrastructure de la SNCB, alors que de nouveaux flux de données généreront de nouvelles applications qui nous aideront mieux encore à atteindre nos objectifs.""Notre stratégie peut se résumer en deux mots-clés: 'predictability' et 'trusted relationship'. La prévisibilité est une condition de base pour le métier IT au sein de la famille des chemins de fer: grâce à l'utilisation de méthodes et de plates-formes standards, nous parlons la même langue. Mais cela ne suffit souvent pas pour mener à bien les projets complexes de la SNCB. Nous investissons chaque jour dans la relation de travail avec la SNCB et notre partenaire à l'externalisation TCS.""La gestion de notre transformation numérique chez Euroclear se déroule de deux manières. Primo, nous fixons les buts stratégiques de l'entreprise en termes de transformation numérique. Ces décisions sont prises par les représentants de l'IT et de l'entreprise par le truchement de notre équipe Digital Customer Experience. Secundo, nous veillons à ce que nos plans d'exécution IT correspondent à nos ambitions professionnelles. A cette fin, l'équipe architecturale effectue une évaluation annuelle de la stratégie IT du groupe et de chaque entité.""Pour ce qui est de la transformation numérique, nous plaçons la méthode Agile tout en haut de la liste. Cette transformation se déroule progressivement au sein d'Euroclear. Cette année, nous avons progressé au niveau de son application et nous pouvons dire que sa maturité croît fortement dans notre organisation."