Google prépare depuis tout un temps déjà le projet d'exclure de son navigateur Chrome les cookies de tiers, le genre de mouchard qui suit l'utilisateur tout au long de différents sites web. Le géant technologique voulait initialement le clôturer en 2022, mais reporta cette date-butoir l'année dernière déjà. Dans un communiqué posté sur son blog, Anthony Chavez, vp de Privacy Sandbox chez Google, explique que l'entreprise a besoin de plus de temps pour tester la technologie qu'elle souhaite utiliser pour remplacer les cookies.

Il s'agit en l'occurrence de Privacy Sandbox, qui est en soi une version retravaillée de 'FLoC' (Federated Learning of Cohorts), une technologie permettant à Google de trier les utilisateurs dans une sorte de panier anonymisé et ce, sur base de ce qui les intéresserait. Cette technologie FLoC provoqua cependant des protestations tant des publicitaires que des défenseurs de la confidentialité.

Les cookies d'acteurs tiers peuvent suivre les utilisateurs sur différents sites et sont utilisés pour 'personnaliser' les publicités. En tant que plus important annonceur au monde, Google a tout intérêt à conserver cette personnalisation d'une manière ou d'une autre, alors que la firme est invitée par les utilisateurs à leur témoigner un plus grand respect de leur vie privée. FLoC s'est donc heurtée aux protestations des activistes, mais la technologie publicitaire a aussi retenu l'attention des autorités qui voulaient examiner si elle ne favorisait pas Google vis-à-vis de la concurrence.

Chavez s'attend à ce que l'API pour Privacy Sandbox soit lancée au troisième trimestre de l'année prochaine. Si tout se déroule comme prévu, les cookies d'acteurs tiers disparaîtraient de Chrome en 2024.

Google prépare depuis tout un temps déjà le projet d'exclure de son navigateur Chrome les cookies de tiers, le genre de mouchard qui suit l'utilisateur tout au long de différents sites web. Le géant technologique voulait initialement le clôturer en 2022, mais reporta cette date-butoir l'année dernière déjà. Dans un communiqué posté sur son blog, Anthony Chavez, vp de Privacy Sandbox chez Google, explique que l'entreprise a besoin de plus de temps pour tester la technologie qu'elle souhaite utiliser pour remplacer les cookies.Il s'agit en l'occurrence de Privacy Sandbox, qui est en soi une version retravaillée de 'FLoC' (Federated Learning of Cohorts), une technologie permettant à Google de trier les utilisateurs dans une sorte de panier anonymisé et ce, sur base de ce qui les intéresserait. Cette technologie FLoC provoqua cependant des protestations tant des publicitaires que des défenseurs de la confidentialité.Les cookies d'acteurs tiers peuvent suivre les utilisateurs sur différents sites et sont utilisés pour 'personnaliser' les publicités. En tant que plus important annonceur au monde, Google a tout intérêt à conserver cette personnalisation d'une manière ou d'une autre, alors que la firme est invitée par les utilisateurs à leur témoigner un plus grand respect de leur vie privée. FLoC s'est donc heurtée aux protestations des activistes, mais la technologie publicitaire a aussi retenu l'attention des autorités qui voulaient examiner si elle ne favorisait pas Google vis-à-vis de la concurrence.Chavez s'attend à ce que l'API pour Privacy Sandbox soit lancée au troisième trimestre de l'année prochaine. Si tout se déroule comme prévu, les cookies d'acteurs tiers disparaîtraient de Chrome en 2024.