Vendredi dernier, une attaque DDoS (déni de service) a pour la quatrième fois de suite paralysé le site web de la bourse. Dans le cas d'une attaque DDoS, quelqu'un exploite un réseau d'ordinateurs infectés pour expédier des demandes de données à un autre site web. Ce dernier est alors submergé de demandes et devient inaccessible.

'Sophistiquée'

Selon l'exploitant boursier, les attaques en question sont parmi 'les plus volumineuses et sophistiquées' enregistrées à ce jour en Nouvelle-Zélande. La bourse, le fournisseur de réseau et le gouvernement planchent sur une solution.

Vendredi dernier, une attaque DDoS (déni de service) a pour la quatrième fois de suite paralysé le site web de la bourse. Dans le cas d'une attaque DDoS, quelqu'un exploite un réseau d'ordinateurs infectés pour expédier des demandes de données à un autre site web. Ce dernier est alors submergé de demandes et devient inaccessible.Selon l'exploitant boursier, les attaques en question sont parmi 'les plus volumineuses et sophistiquées' enregistrées à ce jour en Nouvelle-Zélande. La bourse, le fournisseur de réseau et le gouvernement planchent sur une solution.