Cegeka acquiert une participation majoritaire dans Smartschool. Smartschool est une plate-forme scolaire numérique destinée à soutenir la collaboration entre écoles, enseignants, élèves et parents. De plus, la société d'investissement limbourgeoise LRM y fait aussi son entrée. Les frères Jan et Geert Schuer, respectivement CEO et COO de l'entreprise familiale Smartbit - à l'initiative de la plate-forme scolaire numérique Smartschool - restent à bord en tant qu'actionnaires. Ils conservent aussi la direction d'exploitation quotidienne. Dans un premier temps, rien ne changera au niveau des services de Smartschool rendus aux écoles, enseignants et élèves. Le nom sera conservé lui aussi. Le montant versé par Cegeka et celui de l'investissement effectué par LRM n'ont pas été communiqués.

Stijn Bijnens, le CEO de Cegeka, évoque pour sa part 'une nouvelle collaboration stratégique entre deux acteurs technologiques flamands en vue d'accompagner le secteur de l'enseignement dans une numérisation plus poussée et accélérée'. Pour Smartbit, l'association des forces avec Cegeka est un gage de sécurité dans le cadre de la croissance ultérieure de Smartschool tant en Flandre qu'en Wallonie. 57 pour cent des écoles primaires et secondaires flamandes utilisent actuellement Smartschool, contre 1 école secondaire sur 5 en Wallonie.

Poursuivre le développement de la plate-forme

Dans un communiqué de presse, Cegeka indique qu'elle se concentrera sur la poursuite du développement de la plate-forme scolaire. Cela semble bien nécessaire, car si Smartschool a défrayé la chronique au cours des dix-huit mois écoulés, c'est surtout parce que des problèmes techniques y sont apparus. Des problèmes allant chaque fois de pair avec la grandeur d'échelle suite à une utilisation massive de l'enseignement à distance.

Smartschool demeure ainsi aussi une histoire limbourgeoise, puisqu'elle est un produit de l'entreprise familiale Smartbit, alors que Cegeka et LRM sont évidemment aussi solidement ancrées au Limbourg. Smartbit a été fondée en 2003 et est établie à Oudsbergen. Elle occupe une trentaine de collaborateurs.

Cegeka acquiert une participation majoritaire dans Smartschool. Smartschool est une plate-forme scolaire numérique destinée à soutenir la collaboration entre écoles, enseignants, élèves et parents. De plus, la société d'investissement limbourgeoise LRM y fait aussi son entrée. Les frères Jan et Geert Schuer, respectivement CEO et COO de l'entreprise familiale Smartbit - à l'initiative de la plate-forme scolaire numérique Smartschool - restent à bord en tant qu'actionnaires. Ils conservent aussi la direction d'exploitation quotidienne. Dans un premier temps, rien ne changera au niveau des services de Smartschool rendus aux écoles, enseignants et élèves. Le nom sera conservé lui aussi. Le montant versé par Cegeka et celui de l'investissement effectué par LRM n'ont pas été communiqués.Stijn Bijnens, le CEO de Cegeka, évoque pour sa part 'une nouvelle collaboration stratégique entre deux acteurs technologiques flamands en vue d'accompagner le secteur de l'enseignement dans une numérisation plus poussée et accélérée'. Pour Smartbit, l'association des forces avec Cegeka est un gage de sécurité dans le cadre de la croissance ultérieure de Smartschool tant en Flandre qu'en Wallonie. 57 pour cent des écoles primaires et secondaires flamandes utilisent actuellement Smartschool, contre 1 école secondaire sur 5 en Wallonie.Dans un communiqué de presse, Cegeka indique qu'elle se concentrera sur la poursuite du développement de la plate-forme scolaire. Cela semble bien nécessaire, car si Smartschool a défrayé la chronique au cours des dix-huit mois écoulés, c'est surtout parce que des problèmes techniques y sont apparus. Des problèmes allant chaque fois de pair avec la grandeur d'échelle suite à une utilisation massive de l'enseignement à distance.Smartschool demeure ainsi aussi une histoire limbourgeoise, puisqu'elle est un produit de l'entreprise familiale Smartbit, alors que Cegeka et LRM sont évidemment aussi solidement ancrées au Limbourg. Smartbit a été fondée en 2003 et est établie à Oudsbergen. Elle occupe une trentaine de collaborateurs.