Le Mission Critical Network (MCN) est le réseau informatique de la STIB/MIVB reliant les stations de métro et de pré-métro et utilisé actuellement pour des applications critiques en matière de protection des différents sites et des passagers. La sécurité vidéo est l'une de ces applications. Pour l'instant, 8.000 caméras environ sont déployées dans les quatre-vingts stations du réseau souterrain connecté au MCN, mais ce nombre de caméras est en rapide augmentation.

Pas de réseau, pas de métro

"Nous allons développer le MCN jusqu'à y brancher 15.000 caméras. Du reste, il ne s'agit pas seulement des caméras sur les différents sites, mais aussi de celles dans les rames de métro mêmes", explique Bart Carbonez, CEO de Prodata Systems, qui fait partie depuis septembre dernier du groupe NRB. "Ces caméras dans les rames du métro ne vont pas uniquement servir pour la sécurité des passagers, mais aussi pour faciliter le métro autonome. La STIB veut vraiment évoluer vers des rames de métro autonomes et c'est ce à quoi est destiné le MCN. Il s'agit réellement d'un 'Mission Critical Network': sans ce réseau, c'en sera fini des transports publics. Il va de soi que tout sera donc dédoublé de toute les manières possibles", ajoute Bart Carbonez. Prodata Systems a entre-temps déjà acquis pas mal d'expérience au niveau de la mise en oeuvre de ce genre de réseau. Rien qu'à l'aéroport de Bruxelles, Prodata Systems exploite sept réseaux critiques différents, allant du traitement des bagages, en passant par la connectivité des magasins, la prise en charge des vols, jusqu'aux écrans aux portes d'embarquement.

Actuellement en phase de test

Pour l'instant, une preuve de concept de rames de métro sans équipage est déjà en cours à la STIB. Par métro, il faut du reste compter la connexion de 40 caméras. Cela sous-entend aussi une commande vocale: à bord d'un métro autonome, les passagers seront informés vocalement, à la manière dont le conducteur le fait actuellement. D'ici la fin de l'année, la phase de test devrait être terminée et faire place au déploiement proprement dit.

Entièrement dédoublé

Prodata Systems se chargera de l'architecture du réseau, de la fourniture du software et du hardware, ainsi que de l'implémentation. L'entreprise assumera en outre le rôle d'intégrateur vis-à-vis d'autres fournisseurs IT de la STIB. Durant une période de trois ans, Prodata prendra également à sa charge la maintenance et d'éventuelles adaptations supplémentaires, tout cela pour un montant de 30 millions d'euros (TVA incluse). "Un somme rondelette, mais la STIB opte vraiment pour une technologie de pointe sur base d'Extreme Networks. Comme susmentionné, accompagnée d'une extrême redondance et de très solides SLA, par lesquels nous allons effectuer un contrôle proactif. Le fait que nous possédions un Network Operations Center (NOC) opérationnel 24 heures sur 24 et que nous soyons un acteur entièrement belge et très accessible, a à coup sûr joué en notre faveur", conclut Carbonez.

Le Mission Critical Network (MCN) est le réseau informatique de la STIB/MIVB reliant les stations de métro et de pré-métro et utilisé actuellement pour des applications critiques en matière de protection des différents sites et des passagers. La sécurité vidéo est l'une de ces applications. Pour l'instant, 8.000 caméras environ sont déployées dans les quatre-vingts stations du réseau souterrain connecté au MCN, mais ce nombre de caméras est en rapide augmentation."Nous allons développer le MCN jusqu'à y brancher 15.000 caméras. Du reste, il ne s'agit pas seulement des caméras sur les différents sites, mais aussi de celles dans les rames de métro mêmes", explique Bart Carbonez, CEO de Prodata Systems, qui fait partie depuis septembre dernier du groupe NRB. "Ces caméras dans les rames du métro ne vont pas uniquement servir pour la sécurité des passagers, mais aussi pour faciliter le métro autonome. La STIB veut vraiment évoluer vers des rames de métro autonomes et c'est ce à quoi est destiné le MCN. Il s'agit réellement d'un 'Mission Critical Network': sans ce réseau, c'en sera fini des transports publics. Il va de soi que tout sera donc dédoublé de toute les manières possibles", ajoute Bart Carbonez. Prodata Systems a entre-temps déjà acquis pas mal d'expérience au niveau de la mise en oeuvre de ce genre de réseau. Rien qu'à l'aéroport de Bruxelles, Prodata Systems exploite sept réseaux critiques différents, allant du traitement des bagages, en passant par la connectivité des magasins, la prise en charge des vols, jusqu'aux écrans aux portes d'embarquement.Pour l'instant, une preuve de concept de rames de métro sans équipage est déjà en cours à la STIB. Par métro, il faut du reste compter la connexion de 40 caméras. Cela sous-entend aussi une commande vocale: à bord d'un métro autonome, les passagers seront informés vocalement, à la manière dont le conducteur le fait actuellement. D'ici la fin de l'année, la phase de test devrait être terminée et faire place au déploiement proprement dit.Prodata Systems se chargera de l'architecture du réseau, de la fourniture du software et du hardware, ainsi que de l'implémentation. L'entreprise assumera en outre le rôle d'intégrateur vis-à-vis d'autres fournisseurs IT de la STIB. Durant une période de trois ans, Prodata prendra également à sa charge la maintenance et d'éventuelles adaptations supplémentaires, tout cela pour un montant de 30 millions d'euros (TVA incluse). "Un somme rondelette, mais la STIB opte vraiment pour une technologie de pointe sur base d'Extreme Networks. Comme susmentionné, accompagnée d'une extrême redondance et de très solides SLA, par lesquels nous allons effectuer un contrôle proactif. Le fait que nous possédions un Network Operations Center (NOC) opérationnel 24 heures sur 24 et que nous soyons un acteur entièrement belge et très accessible, a à coup sûr joué en notre faveur", conclut Carbonez.