Selon BT, ce sont surtout des emplois au niveau du management et des services de support ("back office") qui seront visés. Selon une estimation, la restructuration coûtera 300 millions de livres (357 millions d'euros), mais devrait permettre au groupe d'économiser tout autant sur l'annuée.

Selon le plus récent rapport annuel, BT occupe 102.500 personnes et est actif dans 180 pays, dont la Belgique.

Le géant télécom qui, début 2016, avait racheté le fournisseur mobile EE à la française Orange et à Deutsche Telekom, vit des moments difficiles. C'est ainsi qu'il se voit contraint d'héberger sa filiale spécialisée dans les infrastructures de réseau dans une entreprise séparée et qu'il a récemment annoncé devoir payer quasiment 350 millions de livres à d'autres fournisseurs internet en raison de défaillances réseautiques. De plus, des problèmes comptables ont été découverts en Italie, où la firme a ces dernières années enregistré 268 millions de livres de bénéfice en trop.

Au cours de son dernier exercice (qui s'est clôturé fin mars 2017), BT a enregistré une hausse de 27 pour cent de son chiffre d'affaires à 24 milliards de livres grâce au rachat d'EE. Son bénéfice avant impôts a cependant régressé de 19 pour cent à 2,35 milliards de livres.

Selon BT, ce sont surtout des emplois au niveau du management et des services de support ("back office") qui seront visés. Selon une estimation, la restructuration coûtera 300 millions de livres (357 millions d'euros), mais devrait permettre au groupe d'économiser tout autant sur l'annuée.Selon le plus récent rapport annuel, BT occupe 102.500 personnes et est actif dans 180 pays, dont la Belgique.Le géant télécom qui, début 2016, avait racheté le fournisseur mobile EE à la française Orange et à Deutsche Telekom, vit des moments difficiles. C'est ainsi qu'il se voit contraint d'héberger sa filiale spécialisée dans les infrastructures de réseau dans une entreprise séparée et qu'il a récemment annoncé devoir payer quasiment 350 millions de livres à d'autres fournisseurs internet en raison de défaillances réseautiques. De plus, des problèmes comptables ont été découverts en Italie, où la firme a ces dernières années enregistré 268 millions de livres de bénéfice en trop.Au cours de son dernier exercice (qui s'est clôturé fin mars 2017), BT a enregistré une hausse de 27 pour cent de son chiffre d'affaires à 24 milliards de livres grâce au rachat d'EE. Son bénéfice avant impôts a cependant régressé de 19 pour cent à 2,35 milliards de livres.