Aujourd'hui, le câble belge est aux mains des trois entreprises susmentionnées. Cela signifie que les acteurs télécoms alternatifs doivent leur acheter de la capacité pour disposer de services câblés comme l'internet fixe et la TV.

Pour veiller à ce que les acteurs plus modestes puissent proposer une offre concurrentielle, le régulateur y impose des tarifs de gros. Ceux-ci diminueront à partir de l'année prochaine. Une réduction des prix de gros signifie que ces acteurs alternatifs pourront lancer eux-mêmes une offre à moindre coût dans le but de concurrencer Telenet, Brutélé ou Nethys.

Il ne s'agit pas encore d'une décision définitive, mais bien d'une consultation, dans le cadre de laquelle les acteurs concernés peuvent faire part de leurs remarques et ce, jusqu'au 6 septembre prochain. Concrètement, il est question des tarifs 'wholesale' d'accès aux réseaux des câblo-opérateurs et ce, pour l'internet jusqu'à 100 Mbps, la TV ou une combinaison des deux.

L'IBPT, le régulateur télécom, ne mentionne pas de prix détaillés, mais un exemple hypothétique, où les prix de gros pourraient diminuer d'un tiers. Aujourd'hui, un opérateur alternatif paie tant chez Telenet que chez Brutélé ou Nethys 20,29 euros par mois pour l'internet fixe via le câble (100 Mbps). Ce montant pourrait passer à 12,61 euros (Telenet), 14,41 euros (Brutélé) ou 15,94 euros (Nethys). La détermination du prix varierait en effet selon la taille de l'opérateur alternatif, l'impact et l'offre en TV numérique. Dans l'exemple cité, le prix pour 'l'internet 100 Mbps + TV' via Nethys ne diminuerait que de 20,29 à 19,04 euros.

L'IBPT ajoute tenir compte de plusieurs facteurs dans ses calculs, tels que l'efficience de l'opérateur, l'avantage d'échelle, les investissements déjà amortis, mais aussi une marge équitable de 5-10 pour cent pour les vitesses supérieures à 200 Mbps.

L'objectif est de fixer les tarifs fin 2019. Cela signifie que les opérateurs alternatifs disposeraient à partir de 2020 d'un accès à moindre coût au câble. Ce serait entre autres intéressant pour Orange, qui acquiert aujourd'hui la TV numérique via le réseau de Telenet. Sur base de son propre réseau 4G, Orange propose actuellement déjà l'internet fixe, mais qui est limité à 150 giga-octets par mois. Avec les nouveaux tarifs, l'opérateur pourrait aussi mieux concurrencer Proximus et Telenet dans ce domaine.