Après avoir enchaîné les records fin 2020 et en début d'année, le bitcoin semble avoir perdu un peu de son éclat: entre décembre et avril, la cryptomonnaie enchaînait les plus hauts historiques, passant de moins de 20.000 dollars à plus de 60.000 dollars. Une performance survoltée, alimentée par l'intérêt de grands noms des nouvelles technologies et de la finance, qui se tenaient jusqu'alors éloignés de cette technologie qui n'existe que depuis 2008. Mais depuis, et malgré un nouveau record en octobre, le bitcoin enchaîne ses envolées avec des plongeons tout aussi spectaculaires, et évoluait fin décembre à moins de 50.000 dollars.

"La performance des prix, agitée et sans direction, qui pourrait se traduire par une nouvelle baisse à court terme, rend le marché très incertain", admet Loukas Lagoudis, du fonds d'investissement en cryptomonnaies ARK36. Mais "nous nous attendons à ce que l'adoption des actifs numériques par les investisseurs institutionnels et leur intégration dans le système financier traditionnel poussent encore le marché des cryptos l'année prochaine", veut-il croire.

C'est en effet ce qui a dopé le prix du bitcoin depuis fin 2020: les annonces liées aux cryptomonnaies se sont multipliées au fil des mois, des grands noms de la finance traditionnelle à ceux des nouvelles technologies. En Chine, l'Etat a interdit les transactions en cryptomonnaies fin septembre, et les régulateurs en Europe et aux Etats-Unis se penchent de plus en plus sur ce réseau décentralisé, très difficile à encadrer. Mais le bitcoin risque également la concurrence d'autres cryptomonnaies. Selon le site spécialisé CoinGecko, qui recense plus de 12.000 cryptomonnaies, ce marché représente 2.360 milliards de dollars, dont plus de 900 milliards pour le bitcoin uniquement.

Après avoir enchaîné les records fin 2020 et en début d'année, le bitcoin semble avoir perdu un peu de son éclat: entre décembre et avril, la cryptomonnaie enchaînait les plus hauts historiques, passant de moins de 20.000 dollars à plus de 60.000 dollars. Une performance survoltée, alimentée par l'intérêt de grands noms des nouvelles technologies et de la finance, qui se tenaient jusqu'alors éloignés de cette technologie qui n'existe que depuis 2008. Mais depuis, et malgré un nouveau record en octobre, le bitcoin enchaîne ses envolées avec des plongeons tout aussi spectaculaires, et évoluait fin décembre à moins de 50.000 dollars. "La performance des prix, agitée et sans direction, qui pourrait se traduire par une nouvelle baisse à court terme, rend le marché très incertain", admet Loukas Lagoudis, du fonds d'investissement en cryptomonnaies ARK36. Mais "nous nous attendons à ce que l'adoption des actifs numériques par les investisseurs institutionnels et leur intégration dans le système financier traditionnel poussent encore le marché des cryptos l'année prochaine", veut-il croire. C'est en effet ce qui a dopé le prix du bitcoin depuis fin 2020: les annonces liées aux cryptomonnaies se sont multipliées au fil des mois, des grands noms de la finance traditionnelle à ceux des nouvelles technologies. En Chine, l'Etat a interdit les transactions en cryptomonnaies fin septembre, et les régulateurs en Europe et aux Etats-Unis se penchent de plus en plus sur ce réseau décentralisé, très difficile à encadrer. Mais le bitcoin risque également la concurrence d'autres cryptomonnaies. Selon le site spécialisé CoinGecko, qui recense plus de 12.000 cryptomonnaies, ce marché représente 2.360 milliards de dollars, dont plus de 900 milliards pour le bitcoin uniquement.