Voilà ce qu'on peut lire dans le journal Le Soir.

La police réclame cette mesure depuis assez longtemps déjà. Dans le cadre d'enquêtes, il lui est en effet très difficile de vérifier qui se cache derrière ce genre de numéro.

Au cabinet de Koen Geens (CD&V), l'on confirme que le ministre soutient complètement cette requête.

'C'est une ingérence dans la vie privée'

Des objections se font déjà entendre de ci de là. "C'est une ingérence dans la vie privée", affirme Willem Debeuckelaere, président de la Commission vie privée.

Fin 2013, les cartes prépayées représentaient encore 40 pour cent du nombre de cartes SIM en circulation en Belgique.

(Belga/MI)