Au troisième trimestre de cette année, Intel a enregistré un chiffre d'affaires de 18,3 milliards de dollars, soit quatre pour cent de moins qu'il y a un an, mais néanmoins supérieur aux attentes des analystes. Son bénéfice d'exploitation a, lui, reculé de 22 pour cent (de 6,9 à 5,4 milliards de dollars) et son bénéfice net a régressé de 26 pour cent (de 6,3 à 4,7 milliards de dollars).

L'activité PC a réalisé un chiffre d'affaires de 9,8 milliards de dollars. Intel affirme que les ventes de PC ont été bonnes en volume, mais que les marges ont, elles, diminué. "Nous observons un glissement de la demande des ordinateurs de bureau et des PC professionnels haut de gamme vers des modèles basiques pour les consommateurs et l'enseignement", déclare le CFO George Davis à l'agence Reuters. "Le volume est positif, mais comme le prix de vente moyen diminue, cela impacte les marges."

Si on considère l'ensemble du chiffre d'affaires lié aux données (en ce compris les plus petits départements tels IoT, Mobileye, mémoire/SSD), le chiffre recule de dix pour cent. Tout ce qui tourne autour du PC croît d'1 pour cent.

La division des centres de données a enregistré un chiffre d'affaires de 5,9 milliards de dollars, en baisse de sept pour cent. Ici aussi, la marge de l'entreprise régresse de 49 à 32 pour cent. Intel annonce à Reuters que l'informatique dans le nuage et les investissements des opérateurs 5G compensent partiellement le recul. Mais ici encore, il s'agit de produits bon marché à faible marge.

Ces chiffres ne sont pas vraiment étonnants et indiquent qu'Intel, malgré son énorme part sur les marchés des PC et des centres de données, est sous pression. Sur le premier, l'entreprise est fortement concurrencée par AMD pourtant plus modeste, alors que sur le second, elle doit affronter tant AMD que Nvidia, qui se concentre ces derniers temps davantage sur les centres de données et les superordinateurs.

Une grande partie du défi à relever consiste à réduire et à mettre au point le processus de production. Un point qui a posé problème à Intel ces dernières années, ce qui fait que la concurrence a réussi à prendre de l'avance sur elle. Intel déclare cependant que son usine de production à 10 nanomètres située en Arizona (Etats-Unis) tourne à présent à plein régime, ce qui permet à l'entreprise de produire aujourd'hui trente pour cent de plus que ce qu'elle attendait au début de l'année.

Récemment, Intel annonçait encore sa volonté de revendre à SK Hynix sa division de puces de mémoire déficitaire pour 9 milliards de dollars. Intel conserverait néanmoins un département s'occupant de puces de mémoire plus sophistiquées.

Au troisième trimestre de cette année, Intel a enregistré un chiffre d'affaires de 18,3 milliards de dollars, soit quatre pour cent de moins qu'il y a un an, mais néanmoins supérieur aux attentes des analystes. Son bénéfice d'exploitation a, lui, reculé de 22 pour cent (de 6,9 à 5,4 milliards de dollars) et son bénéfice net a régressé de 26 pour cent (de 6,3 à 4,7 milliards de dollars).L'activité PC a réalisé un chiffre d'affaires de 9,8 milliards de dollars. Intel affirme que les ventes de PC ont été bonnes en volume, mais que les marges ont, elles, diminué. "Nous observons un glissement de la demande des ordinateurs de bureau et des PC professionnels haut de gamme vers des modèles basiques pour les consommateurs et l'enseignement", déclare le CFO George Davis à l'agence Reuters. "Le volume est positif, mais comme le prix de vente moyen diminue, cela impacte les marges."Si on considère l'ensemble du chiffre d'affaires lié aux données (en ce compris les plus petits départements tels IoT, Mobileye, mémoire/SSD), le chiffre recule de dix pour cent. Tout ce qui tourne autour du PC croît d'1 pour cent.La division des centres de données a enregistré un chiffre d'affaires de 5,9 milliards de dollars, en baisse de sept pour cent. Ici aussi, la marge de l'entreprise régresse de 49 à 32 pour cent. Intel annonce à Reuters que l'informatique dans le nuage et les investissements des opérateurs 5G compensent partiellement le recul. Mais ici encore, il s'agit de produits bon marché à faible marge.Ces chiffres ne sont pas vraiment étonnants et indiquent qu'Intel, malgré son énorme part sur les marchés des PC et des centres de données, est sous pression. Sur le premier, l'entreprise est fortement concurrencée par AMD pourtant plus modeste, alors que sur le second, elle doit affronter tant AMD que Nvidia, qui se concentre ces derniers temps davantage sur les centres de données et les superordinateurs.Une grande partie du défi à relever consiste à réduire et à mettre au point le processus de production. Un point qui a posé problème à Intel ces dernières années, ce qui fait que la concurrence a réussi à prendre de l'avance sur elle. Intel déclare cependant que son usine de production à 10 nanomètres située en Arizona (Etats-Unis) tourne à présent à plein régime, ce qui permet à l'entreprise de produire aujourd'hui trente pour cent de plus que ce qu'elle attendait au début de l'année.Récemment, Intel annonçait encore sa volonté de revendre à SK Hynix sa division de puces de mémoire déficitaire pour 9 milliards de dollars. Intel conserverait néanmoins un département s'occupant de puces de mémoire plus sophistiquées.