euro.digital est une organisation regroupant plusieurs associations de CIO dans 13 pays. Outre Beltug pour la Belgique, on y retrouve aussi des associations allemande, néerlandaise, grecque, finlandaise, norvégienne, suédoise, roumaine, hongroise, espagnole, turque, autrichienne et bulgare.

"Nombre de décisions dans le domaine de la réglementation sont prises au niveau européen et pour la concertation avec les acteurs IT en vue, nous serons plus forts, si nous formons un bloc européen. Notre fonctionnement interne sera aussi renforcé grâce à des échanges de check-lists par exemple entre les diverses associations nationales", déclare Danielle Jacobs de Beltug, membre fondateur d'euro.digital.

L'association de défense des intérêts signale que dans le paysage européen, il y a certes souvent une représentation des consommateurs (via des groupes de consommateurs) et des acteurs IT en vue (notamment par le biais du lobbying), mais que la voix de l'utilisateur professionnel n'est régulièrement pas entendue.

Vis-à-vis des multinationales, l'accent est surtout mis sur une large voix européenne. Les entreprises sont dépendantes de géants de ce genre pour leur infrastructure numérique, mais elles ne peuvent souvent faire entendre leur voix qu'individuellement ou via des associations nationales (telles Beltug), lorsqu'il est question par exemple de 'vendor lock-in' (enfermement propriétaire ou dépendance du fournisseur), de complexité des licences logicielles ou de possibilités de sortie du nuage. Dans ce type de débat, la nouvelle organisation entend mettre tout son poids dans la balance au niveau européen.

Que l'on ne s'y trompe pas, euro.digital ne va pas remplacer ou succéder à Beltug. La nouvelle organisation sera surtout un prolongement de ce que font Beltug et d'autres à l'échelle nationale.

La nouvelle organisation sera dirigée par le secrétaire général Paul Erik Moelgaard Rasmussen. Thomas Endres en sera le président. L'organisation annonce aussitôt une collaboration avec Europol pour une conférence organisée à Düsseldorf les 2 et 3 juillet, dont le thème sera 'comment faire face à la criminalité numérique et aux problèmes de cyber- sécurité'.