L'ajout des centres de données de Datacenter United installés à Anvers et à Bruxelles représente une étape importante pour BelgiumIX, selon son fondateur Thomas Woidt, en charge de l'accord collaboratif entre les opérateurs: 'Grâce surtout au centre de données anversois, nous allons pouvoir sur le plan géographique réaliser notre ambition de ne plus être uniquement une plate-forme bruxelloise'.

Mêmes possibilités pour acteurs plus modestes

Avec l'arrivée de projets 'fiber to the home' (FTTH) à Gand et à Anvers, l'entreprise souhaite donner aux acteurs plus modestes la possibilité de se connecter et de disposer des mêmes possibilités que ceux ayant un réseau national propre. 'Payer des lignes louées pour amener tous ces 'bits & bytes' en un lieu unique en Belgique, représente un coût inutile qui ne profite pas à la concurrence', affirme Woidt. 'Les acteurs connectés auront en outre la possibilité de conclure des collaborations avec des entreprises similaires occupant une solide position dans d'autres régions.'

Pour Datacenter United aussi, la connexion chez BelgiumIX s'avère très importante, à l'entendre. 'La connectivité est essentielle pour nos centres de données. On peut offrir la meilleure sécurité qui soit et la durée de fonctionnement la plus élevée, sans une connexion fiable vers l'extérieur, c'est peine perdue. Avec l'arrivée d'une plate-forme d'interconnexion comme celle de BelgiumIX, nous accueillons un tas d'opérateurs supplémentaires, chacun avec sa propre spécialisation', précise Friso Haringsma, managing director de Datacenter United.

BelgiumIX entend offrir au client une plate-forme se caractérisant par une faible latence, une vitesse élevée et un échange régional du trafic entre fournisseurs d'hébergement, opérateurs et entreprises en Belgique. 'Nous fournissons une mode de dialogue mutuel instantané, sans pour autant que nos clients doivent beaucoup investir dans leur infrastructure', comme le résume Woidt.

Orientée industrie

Durant les mois à venir, BelgiumIX peaufinera encore la structure organisationnelle. 'Nous avions déjà un conseil consultatif, mais mon objectif a toujours été de mettre en oeuvre une plate-forme orientée industrie', explique Woidt. 'A cause du covid-19, il n'était pas possible de réunir les gens, mais avec la fin de la pandémie en vue, nous allons relancer cet exercice. Il est important que nos membres puissent co-déterminer la direction stratégique et collaborer avec nous en vue de devenir une plus-value pour le marché belge.'

Pour la connexion des centres de données supplémentaires, BelgiumIX a également recherché parmi les partenaires existants un acteur expérimenté en matière de transfert de haute capacité sur d'assez longues distances. 'Mettre en place un anneau en fibre noire à Bruxelles, c'est facile, mais couvrir d'autres régions, c'est une autre paire de manches. Nous sommes finalement arrivés à un accord avec VERIXI. C'est le genre de partenariat que nous voulons à notre manière mettre aussi à disposition de chacun des membres.'

L'ajout des centres de données de Datacenter United installés à Anvers et à Bruxelles représente une étape importante pour BelgiumIX, selon son fondateur Thomas Woidt, en charge de l'accord collaboratif entre les opérateurs: 'Grâce surtout au centre de données anversois, nous allons pouvoir sur le plan géographique réaliser notre ambition de ne plus être uniquement une plate-forme bruxelloise'.Avec l'arrivée de projets 'fiber to the home' (FTTH) à Gand et à Anvers, l'entreprise souhaite donner aux acteurs plus modestes la possibilité de se connecter et de disposer des mêmes possibilités que ceux ayant un réseau national propre. 'Payer des lignes louées pour amener tous ces 'bits & bytes' en un lieu unique en Belgique, représente un coût inutile qui ne profite pas à la concurrence', affirme Woidt. 'Les acteurs connectés auront en outre la possibilité de conclure des collaborations avec des entreprises similaires occupant une solide position dans d'autres régions.'Pour Datacenter United aussi, la connexion chez BelgiumIX s'avère très importante, à l'entendre. 'La connectivité est essentielle pour nos centres de données. On peut offrir la meilleure sécurité qui soit et la durée de fonctionnement la plus élevée, sans une connexion fiable vers l'extérieur, c'est peine perdue. Avec l'arrivée d'une plate-forme d'interconnexion comme celle de BelgiumIX, nous accueillons un tas d'opérateurs supplémentaires, chacun avec sa propre spécialisation', précise Friso Haringsma, managing director de Datacenter United.BelgiumIX entend offrir au client une plate-forme se caractérisant par une faible latence, une vitesse élevée et un échange régional du trafic entre fournisseurs d'hébergement, opérateurs et entreprises en Belgique. 'Nous fournissons une mode de dialogue mutuel instantané, sans pour autant que nos clients doivent beaucoup investir dans leur infrastructure', comme le résume Woidt.Durant les mois à venir, BelgiumIX peaufinera encore la structure organisationnelle. 'Nous avions déjà un conseil consultatif, mais mon objectif a toujours été de mettre en oeuvre une plate-forme orientée industrie', explique Woidt. 'A cause du covid-19, il n'était pas possible de réunir les gens, mais avec la fin de la pandémie en vue, nous allons relancer cet exercice. Il est important que nos membres puissent co-déterminer la direction stratégique et collaborer avec nous en vue de devenir une plus-value pour le marché belge.'Pour la connexion des centres de données supplémentaires, BelgiumIX a également recherché parmi les partenaires existants un acteur expérimenté en matière de transfert de haute capacité sur d'assez longues distances. 'Mettre en place un anneau en fibre noire à Bruxelles, c'est facile, mais couvrir d'autres régions, c'est une autre paire de manches. Nous sommes finalement arrivés à un accord avec VERIXI. C'est le genre de partenariat que nous voulons à notre manière mettre aussi à disposition de chacun des membres.'