IBM a réalisé un chiffre d'affaires de 18,8 milliards de dollars, en recul de 2,1 pour cent par rapport à la même période de l'année dernière. Les analystes avaient tablé sur 19,1 milliards de dollars de rentrées durant le troisième trimestre. La croissance du chiffre d'affaires tiré des services 'cloud', qui est surveillée de très près sur les marchés financiers, a été de 10 pour cent, ce qui est nettement moins que les 20 pour cent de croissance enregistrés au deuxième trimestre.

En bout de course, l'entreprise a conservé un bénéfice trimestriel de moins de 2,7 milliards de dollars, alors qu'il avait dépassé ce montant il y a un an.

Ces trois derniers trimestres, l'entreprise de 107 ans est parvenue quand même à faire encore progresser ses rentrées et ce, après une période de recul de son chiffre d'affaires qui dura pas moins de six ans. Cela est dû en grande partie à une vague de ventes de mainframes, ces ordinateurs puissants et massifs qui sont utilisés pour les transactions financières par exemple, mais aussi pour d'autres calculs complexes au sein d'entreprises et de pouvoirs publics. Ce cycle de ventes se termine cependant progressivement.