Audacity est l'un des plus célèbres logiciels de traitement audio au monde. Il existe depuis une vingtaine d'années déjà et permet d'enregistrer et de monter des sons et de la musique sur différentes pistes, gratuitement et en open source. Cette fonctionnalité a convaincu bon nombre d'utilisateurs de par le monde, dont certains protestent aujourd'hui.

Le problème de la nouvelle version concerne ses conditions d'utilisation. En avril dernier, Audacity a été racheté par Muse Group. Une reprise finalisée le 2 juillet. Dès le lendemain, cette opération a été suivie d'une mise à jour de la politique de confidentialité du logiciel. Cette nouvelle politique implique notamment que la localisation de l'utilisateur sera enregistrée à des fins d'analyse. En outre, le texte mentionne que les données sont susceptibles d'être recueillies sur demande de la police, d'avocats et du gouvernement, mais reste particulièrement vague quant à l'étendue de cette possibilité. Par ailleurs, l'application ne pourra plus être utilisée par les moins de 13 ans, sans doute car les enfants ne peuvent consentir légalement à l'enregistrement de leurs données, que ce soit dans l'UE ou aux États-Unis. Autre nouvelle "réjouissante" ? Muse Group est une entreprise russe. Elle mentionne clairement dans ses conditions que les données personnelles de ses utilisateurs seront stockées dans des serveurs situés au sein de l'UE, mais devront être partagées de temps à autre avec son siège social situé en Russie et avec ses conseillers externes établis aux États-Unis.

Spyware

En vérité, les nouvelles conditions de l'application ne sont pas fondamentalement différentes de celles que vous acceptez pour de nombreux autres logiciels commerciaux. Le problème, en l'occurrence, est évidemment qu'Audacity était à l'origine un projet open source. Voilà pourquoi ses utilisateurs se sentent trahis par un tel manque de transparence. Le mot "spyware" commence d'ailleurs à fleurir sur les réseaux sociaux. Sans compter que Muse Group a déjà mécontenté plusieurs programmeurs volontaires du logiciel par le passé, en leur faisant signer des contrats qui lui cédaient les droits sur leurs ajouts.

Entre-temps, sur les forums de Linux et de Reddit, on évoque déjà la possibilité d'effectuer un fork, c'est-à-dire un détournement du code du programme, qui constituera un logiciel à part entière et sera entretenu sur une base volontaire. Par ailleurs, les utilisateurs en quête d'un programme de traitement audio et qui préfèrent attendre par méfiance envers les nouvelles conditions ont toujours la possibilité de télécharger une version antérieure. Le code du programme étant open source, les précédentes versions sont encore disponibles en ligne gratuitement, sans nouvelles conditions.

Audacity est l'un des plus célèbres logiciels de traitement audio au monde. Il existe depuis une vingtaine d'années déjà et permet d'enregistrer et de monter des sons et de la musique sur différentes pistes, gratuitement et en open source. Cette fonctionnalité a convaincu bon nombre d'utilisateurs de par le monde, dont certains protestent aujourd'hui.Le problème de la nouvelle version concerne ses conditions d'utilisation. En avril dernier, Audacity a été racheté par Muse Group. Une reprise finalisée le 2 juillet. Dès le lendemain, cette opération a été suivie d'une mise à jour de la politique de confidentialité du logiciel. Cette nouvelle politique implique notamment que la localisation de l'utilisateur sera enregistrée à des fins d'analyse. En outre, le texte mentionne que les données sont susceptibles d'être recueillies sur demande de la police, d'avocats et du gouvernement, mais reste particulièrement vague quant à l'étendue de cette possibilité. Par ailleurs, l'application ne pourra plus être utilisée par les moins de 13 ans, sans doute car les enfants ne peuvent consentir légalement à l'enregistrement de leurs données, que ce soit dans l'UE ou aux États-Unis. Autre nouvelle "réjouissante" ? Muse Group est une entreprise russe. Elle mentionne clairement dans ses conditions que les données personnelles de ses utilisateurs seront stockées dans des serveurs situés au sein de l'UE, mais devront être partagées de temps à autre avec son siège social situé en Russie et avec ses conseillers externes établis aux États-Unis.En vérité, les nouvelles conditions de l'application ne sont pas fondamentalement différentes de celles que vous acceptez pour de nombreux autres logiciels commerciaux. Le problème, en l'occurrence, est évidemment qu'Audacity était à l'origine un projet open source. Voilà pourquoi ses utilisateurs se sentent trahis par un tel manque de transparence. Le mot "spyware" commence d'ailleurs à fleurir sur les réseaux sociaux. Sans compter que Muse Group a déjà mécontenté plusieurs programmeurs volontaires du logiciel par le passé, en leur faisant signer des contrats qui lui cédaient les droits sur leurs ajouts. Entre-temps, sur les forums de Linux et de Reddit, on évoque déjà la possibilité d'effectuer un fork, c'est-à-dire un détournement du code du programme, qui constituera un logiciel à part entière et sera entretenu sur une base volontaire. Par ailleurs, les utilisateurs en quête d'un programme de traitement audio et qui préfèrent attendre par méfiance envers les nouvelles conditions ont toujours la possibilité de télécharger une version antérieure. Le code du programme étant open source, les précédentes versions sont encore disponibles en ligne gratuitement, sans nouvelles conditions.