La Stichting Internet Domeinregistratie Nederland (SIDN, le pendant néerlandais de DNS Belgium) a mené une enquête sur les boutiques web factices. L'ensemble des 6 millions de noms de domaine se terminant par .nl sont enregistrés auprès de cette fondation. Chaque mois, cette dernière contrôle toutes ces adresses internet .nl pour vérifier s'il n'y a pas parmi elles de fausses boutiques web. La fondation a dans ce but conçu un programme spécial appelé FaDe (l'acronyme de Fake Detector). Ce scanner examine dix caractéristiques pour voir quels sites peuvent être considérés comme suspects. SIDN ne souhaite pas dévoiler ces caractéristiques, afin de ne pas rendre les escrocs plus futés qu'ils ne sont déjà.

Lorsque FaDe trouve une adresse suspecte, des collaborateurs contrôlent minutieusement le cas, afin de se rendre compte du bienfondé des avertissements émis par FaDe. En septembre déjà, FaDe avait repéré 480 sites suspects, contre 406 en octobre. Ce mois-ci, on en est déjà à 2.263 adresses douteuses. Chaque mois, plus de quatre cas sur cinq s'avèrent effectivement suspects. Cette croissance signifie donc que le nombre de sites factices augmente nettement, selon SIDN.

Le scannage porte aussi sur l'âge des noms de domaine. C'est ainsi qu'en septembre et en octobre, la moitié des adresses suspectes était enregistrée depuis moins de trois mois. Et en novembre, la moitié remontait à moins de trois semaines. "Le fait que de nombreuses fausses boutiques web soient récemment enregistrées, suggère que des noms de domaine sont spécialement créés pour la période des fêtes", toujours selon SIDN.

La plupart des magasins web factices ont des noms de domaine qui étaient précédemment déjà enregistrés. Les anciens propriétaires ont laissé expirer l'enregistrement et voilà comment tout à coup, le site web d'un bureau d'architectes ou d'une boucherie se transforme par exemple en celui d'un magasin de chaussures.

Les consommateurs peuvent reconnaître les sites suspects en examinant la façon de payer. "Les boutiques web classiques proposent souvent plusieurs possibilités de paiement, telles iDEAL. Si tel n'est pas le cas, cela peut être une indication. Et si vous ne pouvez payer qu'au moyen d'une carte de crédit, cela peut aussi vous mettre la puce à l'oreille", ajoute SIDN. On ne sait pas combien de personnes sont tombées dans ce genre de piège, ni combien d'argent elles ont ainsi perdu, "mais il est clair que cela rapporte beaucoup, sinon les escrocs ne le feraient pas."