En cliquant sur un faux lien de paiement, les victimes aboutissaient sur un site factice d'une banque. Le jeune suspect de 19 ans avait vendu à au moins cinquante criminels ce qu'on appelle en jargon un 'phishingpanel', avec lequel ils pouvaient voir quelles données bancaires leurs victimes saisissaient. Ils étaient à même ensuite de se connecter au véritable site web de la banque de la victime pour vider son compte.

Arme chargée

L'homme a été arrêté dans l'est des Pays-Bas, mais l'enquête avait débuté à Zoetermeer, à proximité de La Haye, où la police recherchait une organisation criminelle se livrant à des activités d'hameçonnage. La police avait trouvé son nom d'emprunt et sur cette base, elle avait pu identifier le développeur. Lors de son arrestation, l'homme avait à sa portée une arme chargée, ce qui amena la police à évoquer une intervention inquiétante.

L'officier de Justice soupçonne que l'homme était probablement actif depuis deux ans déjà. Il aurait en tout cas empoché cent mille euros lors de la vente. Ce qu'on ignore, c'est combien ses cinquante clients ont obtenu en lançant des attaques d'hameçonnage, mais cela devrait être nettement plus et se chiffrer en dizaines de millions d'euros.

D'autres arrestations possibles

L'homme a été appréhendé le 19 octobre et est emprisonné depuis lors. La chambre du conseil du tribunal de La Haye a décidé mercredi de prolonger sa détention préventive de trois mois. La police est toujours occupée à enquêter sur les clients du suspect et n'exclut donc pas d'autres arrestations.

En cliquant sur un faux lien de paiement, les victimes aboutissaient sur un site factice d'une banque. Le jeune suspect de 19 ans avait vendu à au moins cinquante criminels ce qu'on appelle en jargon un 'phishingpanel', avec lequel ils pouvaient voir quelles données bancaires leurs victimes saisissaient. Ils étaient à même ensuite de se connecter au véritable site web de la banque de la victime pour vider son compte.L'homme a été arrêté dans l'est des Pays-Bas, mais l'enquête avait débuté à Zoetermeer, à proximité de La Haye, où la police recherchait une organisation criminelle se livrant à des activités d'hameçonnage. La police avait trouvé son nom d'emprunt et sur cette base, elle avait pu identifier le développeur. Lors de son arrestation, l'homme avait à sa portée une arme chargée, ce qui amena la police à évoquer une intervention inquiétante.L'officier de Justice soupçonne que l'homme était probablement actif depuis deux ans déjà. Il aurait en tout cas empoché cent mille euros lors de la vente. Ce qu'on ignore, c'est combien ses cinquante clients ont obtenu en lançant des attaques d'hameçonnage, mais cela devrait être nettement plus et se chiffrer en dizaines de millions d'euros.L'homme a été appréhendé le 19 octobre et est emprisonné depuis lors. La chambre du conseil du tribunal de La Haye a décidé mercredi de prolonger sa détention préventive de trois mois. La police est toujours occupée à enquêter sur les clients du suspect et n'exclut donc pas d'autres arrestations.