La plainte a été déposée auprès de la Commission européenne. Elle arrive peu avant que l'Europe se prononce quant à un éventuel abus de position dominante avec Android. Alphabet, la maison mère de Google, pourrait alors écoper d'une amende de plusieurs milliards. Dans cette affaire aussi, Aptoide compte parmi les principaux plaignants.

D'après Aptoide, l'antivirus intégré à Android, "Google Play Protect", recommanderait aux utilisateurs de désinstaller Aptoide. La boutique permettrait soi-disant de télécharger des applications malveillantes. Tout utilisateur qui ignorerait l'avertissement et conserverait Aptoide ne serait plus en mesure d'utiliser la boutique d'applications. "Une stratégie très agressive", selon le dirigeant d'Aptoide, Paulo Trezentos.