S'inscrivant dans le Plan Multimédia 1999-2019 de la Région de Bruxelles-Capitale (40 millions €), le projet Fiber to the School offre désormais l'internet à haut débit aux 175 écoles secondaires de Bruxelles. Représentant un investissement de 12,7 millions €, ce projet avait été porté par le CIRB (Centre d'Informatique de la Région bruxelloise) en partenariat avec IRISnet, l'acteur régional du développement d'infrastructures et de services de télécommunications à valeur ajoutée au profit des institutions bruxelloises. Fondée en 2012, IRISnet est un partenariat public-privé entre la Région de Bruxelles-Capitale et Orange afin d'améliorer l'architecture du réseau existant et le porter vers des débits de type 'gigabit'.

Désormais donc, tous les établissements secondaires bruxellois disposent d'une connexion 'peer-to-peer' symétrique à 100 Mbit/s. Le réseau s'appuie sur le dorsal existant de quelque 300 km, IRISnet ayant installé 20 km de fibre supplémentaires par an pour assurer le raccordement de 28 établissements par an sur la période 2014-2019.

Pour IRISnet, le défi aura consisté non seulement à tirer la fibre optique, mais aussi à assurer les travaux de génie civil, tout en offrant aux écoles ses services de support dans l'installation des routeurs et du câblage en local. Le tout dans les délais prévus. Précisons qu'IRISnet garantit aux établissements un SLA ('service level agreement') d'intervention de 6 h entre 8 et 18 h, sauf cas de force majeure. En outre, Orange a apporté ses compétences et son support au projet.

Fondamental

"Dans le secondaire, la bande passante n'est donc plus un problème. Les outils numériques existent désormais, s'est réjoui Hervé Feuillien, directeur général du CIRB, lors de l'inauguration officielle du réseau Fiber to the School. Il importe à présent de songer au réseau fondamental. Mais le défi est ici d'un autre ordre puisqu'il s'agira d'interconnecter pas moins de 500 établissements, soit un budget de l'ordre de 20 millions €. Si nous avons réussi à lever 40 millions € sur 20 ans dans le cadre du Plan Multimédia, il doit être possible de dégager ici 20 millions € sur 10 ans. Il s'agit là à mon avis d'une nécessité vitale tant pour la formation que pour l'économie et le social."

De son côté, Thierry Joachim, directeur général d'IRISnet, ajoute que "nous avons prouvé la fiabilité de nos services sur le projet Fiber to the School. Nous sommes transparents dans l'approche de fourniture de services qui se base sur un budget et non l'achat de services." La balle est donc désormais dans le camp du politique. "Nous sommes actuellement en pourparlers et attendons une décision de principe dans le courant du 2e trimestre de 2020", ajoute Thierry Joachim qui précise qu'un tel projet impliquerait la création de 7 à 10 nouveaux emplois chez IRISnet (dont les effectifs sont passés de 10 personnes à sa création en 2012 à plus de 40 collaborateurs aujourd'hui).

Le numérique omniprésent chez les jeunes

Une enquête menée par le CIRB auprès de 670 jeunes bruxellois révèle que 83% des élèves utilisent l'internet pour le travail scolaire au moins une fois par semaine, tandis que 37% l'utilisent même plusieurs fois par jour et 34% plusieurs fois par semaine. Grâce au projet Fiber to the School, 66% utilisent l'internet pour se tenir informés des événements de leur école et 50% s'en servent pour vérifier leurs horaires de cours. Par ailleurs, 44% des professeurs accèdent à l'internet dans le cadre de leurs cours.

Détail encourageant : 73% des jeunes disent sécuriser leurs comptes sociaux, que ce soit avec un mot de passe élaboré (41%), un mot de passe différent par compte (21%) ou en changeant régulièrement de mot de passe (11%).

S'inscrivant dans le Plan Multimédia 1999-2019 de la Région de Bruxelles-Capitale (40 millions €), le projet Fiber to the School offre désormais l'internet à haut débit aux 175 écoles secondaires de Bruxelles. Représentant un investissement de 12,7 millions €, ce projet avait été porté par le CIRB (Centre d'Informatique de la Région bruxelloise) en partenariat avec IRISnet, l'acteur régional du développement d'infrastructures et de services de télécommunications à valeur ajoutée au profit des institutions bruxelloises. Fondée en 2012, IRISnet est un partenariat public-privé entre la Région de Bruxelles-Capitale et Orange afin d'améliorer l'architecture du réseau existant et le porter vers des débits de type 'gigabit'. Désormais donc, tous les établissements secondaires bruxellois disposent d'une connexion 'peer-to-peer' symétrique à 100 Mbit/s. Le réseau s'appuie sur le dorsal existant de quelque 300 km, IRISnet ayant installé 20 km de fibre supplémentaires par an pour assurer le raccordement de 28 établissements par an sur la période 2014-2019.Pour IRISnet, le défi aura consisté non seulement à tirer la fibre optique, mais aussi à assurer les travaux de génie civil, tout en offrant aux écoles ses services de support dans l'installation des routeurs et du câblage en local. Le tout dans les délais prévus. Précisons qu'IRISnet garantit aux établissements un SLA ('service level agreement') d'intervention de 6 h entre 8 et 18 h, sauf cas de force majeure. En outre, Orange a apporté ses compétences et son support au projet."Dans le secondaire, la bande passante n'est donc plus un problème. Les outils numériques existent désormais, s'est réjoui Hervé Feuillien, directeur général du CIRB, lors de l'inauguration officielle du réseau Fiber to the School. Il importe à présent de songer au réseau fondamental. Mais le défi est ici d'un autre ordre puisqu'il s'agira d'interconnecter pas moins de 500 établissements, soit un budget de l'ordre de 20 millions €. Si nous avons réussi à lever 40 millions € sur 20 ans dans le cadre du Plan Multimédia, il doit être possible de dégager ici 20 millions € sur 10 ans. Il s'agit là à mon avis d'une nécessité vitale tant pour la formation que pour l'économie et le social." De son côté, Thierry Joachim, directeur général d'IRISnet, ajoute que "nous avons prouvé la fiabilité de nos services sur le projet Fiber to the School. Nous sommes transparents dans l'approche de fourniture de services qui se base sur un budget et non l'achat de services." La balle est donc désormais dans le camp du politique. "Nous sommes actuellement en pourparlers et attendons une décision de principe dans le courant du 2e trimestre de 2020", ajoute Thierry Joachim qui précise qu'un tel projet impliquerait la création de 7 à 10 nouveaux emplois chez IRISnet (dont les effectifs sont passés de 10 personnes à sa création en 2012 à plus de 40 collaborateurs aujourd'hui).