Le fabricant de l'iPhone critique par exemple l'obligation qu'il aura d'autoriser d'autres magasins d'applications sur ses produits. Cela affecterait sérieusement la sécurité et la vie privée des utilisateurs, affirme la marque à la pomme dans un document publié mercredi.

L'entreprise souligne notamment que toutes les applications et mises à jour de sa plateforme sont examinées afin de filtrer les applications frauduleuses. En outre, les développeurs doivent se conformer aux directives d'Apple en matière de protection des données. La marque souligne que ces mesures de sécurité ne s'appliquent pas au "sideloading", qui consiste à charger des applications sur l'iPhone à partir de sources autres que la boutique officielle. Les utilisateurs seraient également exposés à un risque accru, prévient le géant technologique.

D'une part, parce que certaines applications pourraient alors n'être disponibles que par d'autres sources que l'App Store, et d'autre part, parce que les criminels seront plus enclins à s'attaquer à l'iPhone en raison de la nouvelle situation. Dans son document, Apple ne fait pas directement référence à la législation sur les marchés numériques (Digital Markets Act) prévue par la Commission européenne. Mais son CEO Tim Cook l'a fait il y a quelques jours lors d'une interview à la conférence technologique Vivatech. Il avait alors déclaré que les règles "forceraient le sideloading sur l'iPhone". "À notre avis, cela détruirait la sécurité de l'iPhone et de nombreuses initiatives en matière de protection de la vie privée que nous avons intégrées à l'App Store", y avait-il averti.

Le fabricant de l'iPhone critique par exemple l'obligation qu'il aura d'autoriser d'autres magasins d'applications sur ses produits. Cela affecterait sérieusement la sécurité et la vie privée des utilisateurs, affirme la marque à la pomme dans un document publié mercredi.L'entreprise souligne notamment que toutes les applications et mises à jour de sa plateforme sont examinées afin de filtrer les applications frauduleuses. En outre, les développeurs doivent se conformer aux directives d'Apple en matière de protection des données. La marque souligne que ces mesures de sécurité ne s'appliquent pas au "sideloading", qui consiste à charger des applications sur l'iPhone à partir de sources autres que la boutique officielle. Les utilisateurs seraient également exposés à un risque accru, prévient le géant technologique. D'une part, parce que certaines applications pourraient alors n'être disponibles que par d'autres sources que l'App Store, et d'autre part, parce que les criminels seront plus enclins à s'attaquer à l'iPhone en raison de la nouvelle situation. Dans son document, Apple ne fait pas directement référence à la législation sur les marchés numériques (Digital Markets Act) prévue par la Commission européenne. Mais son CEO Tim Cook l'a fait il y a quelques jours lors d'une interview à la conférence technologique Vivatech. Il avait alors déclaré que les règles "forceraient le sideloading sur l'iPhone". "À notre avis, cela détruirait la sécurité de l'iPhone et de nombreuses initiatives en matière de protection de la vie privée que nous avons intégrées à l'App Store", y avait-il averti.