Tout comme ses concurrents, Microsoft révèle régulièrement les demandes de données qu'elle reçoit. Elle indique par exemple la fréquence de sollicitations d'informations relatives à ses utilisateurs de la part des autorités. Mais le gouvernement américain souhaite à présent que les entreprises ne puissent à l'avenir plus rien révéler sur les demandes de données provenant de 'Washington'. Or Microsoft s'y oppose complètement.

L'entreprise s'attaque donc à cette loi auprès d'un tribunal fédéral à Seattle. Selon Microsoft, la loi en question enfreint le quatrième amendement de la constitution américaine, qui stipule que les citoyens ont le droit d'être informés, lorsque le gouvernement confisque des propriétés privées. Pour Microsoft, les données quémandées s'assimilent à ce type de propriété. Le géant technologique affirme en outre que la dissimulation des demandes d'informations enfreint la liberté d'expression.

(ANP/WK)

Tout comme ses concurrents, Microsoft révèle régulièrement les demandes de données qu'elle reçoit. Elle indique par exemple la fréquence de sollicitations d'informations relatives à ses utilisateurs de la part des autorités. Mais le gouvernement américain souhaite à présent que les entreprises ne puissent à l'avenir plus rien révéler sur les demandes de données provenant de 'Washington'. Or Microsoft s'y oppose complètement.L'entreprise s'attaque donc à cette loi auprès d'un tribunal fédéral à Seattle. Selon Microsoft, la loi en question enfreint le quatrième amendement de la constitution américaine, qui stipule que les citoyens ont le droit d'être informés, lorsque le gouvernement confisque des propriétés privées. Pour Microsoft, les données quémandées s'assimilent à ce type de propriété. Le géant technologique affirme en outre que la dissimulation des demandes d'informations enfreint la liberté d'expression.(ANP/WK)