Telle est, en résumé, l'observation faite par l'analyste de marché IDC à propos des ventes de smartphones dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) au quatrième trimestre de 2018.

Samsung reste le numéro un du marché avec 28,0 pour cent, mais a néanmoins reculé de 3,8 pour cent en l'espace d'un an. Huawei se classe aujourd'hui à la deuxième place avec 21,2 pour cent de part de marché. Mais alors que Samsung régresse, Huawei a crû de pas moins de 73,7 pour cent l'année dernière.

Apple a moins de raisons de se réjouir, puisque sa part de marché a reculé à 16,4 pour cent, soit 14,8 pour cent de moins que durant la même période de 2017, où l'entreprise desservait encore 34,4 pour cent du marché.

Ce qui frappe peut-être encore le plus, c'est qu'IDC classe l'entreprise chinoise quasi inconnue Transsion au rang de quatrième plus important fabricant de smartphones. Cette entreprise possède notamment les marques Tecno, Itel et Infinix, mais est surtout active en Asie du Sud, au Moyen-Orient et en Afrique. Aujourd'hui, l'entreprise dispose d'une part de marché de 8,3 pour cent dans la zone EMEA. Il nous faut cependant faire observer ici qu'IDC comptabilise aussi ce qu'on appelle les 'feature phones', ce qui peut expliquer le poids de Transsion dans les chiffres.

© .

Le numéro cinq de ce marché est Xiaomi, également une firme chinoise. Même si cette dernière ne possède que 4,3 pour cent du marché, elle a vu croître son empreinte de 70,5 pour cent dans la zone EMEA. Cela est surtout dû au fait que Xiaomi tente d'étendre sa présence dans cette région depuis deux ans maintenant. Elle n'y connaît cependant pas encore autant de succès qu'Huawei, qui y est certes présente depuis plus longtemps déjà.

Sur le marché des smartphones dans la zone EMEA, IDC estime qu'au quatrième trimestre de l'année dernière, 98,8 millions d'appareils ont été vendus, ce qui représente une valeur de 35,5 milliards de dollars, en légère hausse de 0,4 pour cent. Pour l'ensemble de l'année 2019, le cabinet d'analystes table sur une légère diminution de 0,1 pour cent. Pour l'Europe Occidentale et Centrale, IDC évoque une régression, alors qu'au Moyen-Orient et en Afrique, il s'attend à une croissance du marché.