Apple est impliquée dans un combat juridique l'opposant à Epic, l'auteur de Fortnite. Le développeur de jeux accuse Apple d'avoir abusé de sa position de force en exigeant que les applis utilisent le système de paiement de la marque à la pomme et lui rétrocèdent 30 pour cent de leurs rentrées.

'Incongru'

Michael Schmid, qui assume une fonction dirigeante au sein de la division de développement et des jeux de l'App Store, a effectué hier mercredi une estimation grossière des rentrées engrangées durant le procès en cours entre les entreprises. Il n'a cependant souhaité ni citer de montant précis ni révéler si les rentrées étaient supérieures à 200 millions de dollars, parce que ce serait, selon lui, 'incongru' de partager cette information.

L'année dernière, Sensor Tower avait annoncé une estimation très nettement supérieure à 100 millions de dollars. Selon la firme de données du marché des applis mobiles, les joueurs de Fortnite auraient en effet dépensé quasiment 1,2 milliard de dollars dans l'App Store d'Apple. Cela aurait rapporté au géant technologique un chiffre d'affaires de quelque 354 millions de dollars.

Selon Schmid, Apple aurait dépensé un million de dollars en frais de marketing pour Fortnite durant les onze derniers mois que le jeu se trouvait dans l'App Store. L'avocat d'Epic a opposé ce million de dollars aux 100 millions de dollars de rentrées réalisées à coup sûr, ce qu'il qualifia de... bon accord.

Modèle commercial sur la sellette

Depuis l'année dernière, Epic et Apple sont impliquée dans un litige juridique, après qu'Epic ait unilatéralement décidé d'intégrer son propre système de paiement dans son appli pour iPhone. Or Apple l'interdit dans ses conditions d'utilisation et a réagi en excluant les programmes d'Epic de son App Store. Epic avait également déjà déposé des plaintes à l'encontre d'Apple dans l'Union européenne, en Grande-Bretagne et en Australie.

Selon les connaisseurs, il s'agit là d'un des plus importants procès dans le monde technologique américain depuis de nombreuses années. C'est dû au fait que le modèle commercial de grandes firmes technologiques telles Apple et Google se trouve ainsi sur la sellette.

Apple est impliquée dans un combat juridique l'opposant à Epic, l'auteur de Fortnite. Le développeur de jeux accuse Apple d'avoir abusé de sa position de force en exigeant que les applis utilisent le système de paiement de la marque à la pomme et lui rétrocèdent 30 pour cent de leurs rentrées.Michael Schmid, qui assume une fonction dirigeante au sein de la division de développement et des jeux de l'App Store, a effectué hier mercredi une estimation grossière des rentrées engrangées durant le procès en cours entre les entreprises. Il n'a cependant souhaité ni citer de montant précis ni révéler si les rentrées étaient supérieures à 200 millions de dollars, parce que ce serait, selon lui, 'incongru' de partager cette information.L'année dernière, Sensor Tower avait annoncé une estimation très nettement supérieure à 100 millions de dollars. Selon la firme de données du marché des applis mobiles, les joueurs de Fortnite auraient en effet dépensé quasiment 1,2 milliard de dollars dans l'App Store d'Apple. Cela aurait rapporté au géant technologique un chiffre d'affaires de quelque 354 millions de dollars.Selon Schmid, Apple aurait dépensé un million de dollars en frais de marketing pour Fortnite durant les onze derniers mois que le jeu se trouvait dans l'App Store. L'avocat d'Epic a opposé ce million de dollars aux 100 millions de dollars de rentrées réalisées à coup sûr, ce qu'il qualifia de... bon accord.Depuis l'année dernière, Epic et Apple sont impliquée dans un litige juridique, après qu'Epic ait unilatéralement décidé d'intégrer son propre système de paiement dans son appli pour iPhone. Or Apple l'interdit dans ses conditions d'utilisation et a réagi en excluant les programmes d'Epic de son App Store. Epic avait également déjà déposé des plaintes à l'encontre d'Apple dans l'Union européenne, en Grande-Bretagne et en Australie.Selon les connaisseurs, il s'agit là d'un des plus importants procès dans le monde technologique américain depuis de nombreuses années. C'est dû au fait que le modèle commercial de grandes firmes technologiques telles Apple et Google se trouve ainsi sur la sellette.