Les jolis résultats obtenus par Anvers et Louvain ressortent d'une étude effectuée par la fédération technologique Agoria et par le centre de recherche Sirris. Pendant cinq ans, ils ont étudié dans 77 villes européennes les entreprises technologiques n'existant pas depuis plus de dix ans. Les chercheurs ont vérifié la fréquence à laquelle ces entreprises ont réussi à recueillir un investissement minimal de 750.000 euros. Il s'agit en l'occurrence d'entreprises à l'initiative de solutions numériques en vue d'améliorer la production dans l'industrie manufacturière. Pensez ici à l'intelligence artificielle, à l'impression 3D et à la robotique.

Anvers occupe la sixième place au classement des villes qui sont parvenues à récolter le plus de contrats et précède même Paris. C'est Munich qui domine le classement, après quoi on trouve Berlin et Londres. Stockholm et Oslo complètent le top cinq. Les plus importants accords conclus à Anvers le furent par Rombit, Qpinch, Irsistick et Aloxy.

Si on considère à présent le montant total des investissements, Louvain se distingue avec une deuxième place. Seule Berlin fait mieux. La ville le doit surtout à une forte augmentation de capital dont a fait l'objet Materialise. Ce qui étonne aussi, c'est que 25 pour cent des jeunes entreprises technologiques belges dans lesquelles des investissements ont été consentis, étaient des spin-offs d'une université ou d'un institut de la connaissance.

Les jolis résultats obtenus par Anvers et Louvain ressortent d'une étude effectuée par la fédération technologique Agoria et par le centre de recherche Sirris. Pendant cinq ans, ils ont étudié dans 77 villes européennes les entreprises technologiques n'existant pas depuis plus de dix ans. Les chercheurs ont vérifié la fréquence à laquelle ces entreprises ont réussi à recueillir un investissement minimal de 750.000 euros. Il s'agit en l'occurrence d'entreprises à l'initiative de solutions numériques en vue d'améliorer la production dans l'industrie manufacturière. Pensez ici à l'intelligence artificielle, à l'impression 3D et à la robotique.Anvers occupe la sixième place au classement des villes qui sont parvenues à récolter le plus de contrats et précède même Paris. C'est Munich qui domine le classement, après quoi on trouve Berlin et Londres. Stockholm et Oslo complètent le top cinq. Les plus importants accords conclus à Anvers le furent par Rombit, Qpinch, Irsistick et Aloxy.Si on considère à présent le montant total des investissements, Louvain se distingue avec une deuxième place. Seule Berlin fait mieux. La ville le doit surtout à une forte augmentation de capital dont a fait l'objet Materialise. Ce qui étonne aussi, c'est que 25 pour cent des jeunes entreprises technologiques belges dans lesquelles des investissements ont été consentis, étaient des spin-offs d'une université ou d'un institut de la connaissance.