Google met fin à son service Mobile Network Insights, selon l'agence de presse Reuters. C'est via ce service que des fournisseurs pouvaient obtenir des données d'Android sur, par exemple, l'intensité du signal et la vitesse de navigation. L'objectif était d'identifier les points faibles dans le réseau, mais le service devait pour cela collecter des données de localisation (rendues anonymes) d'utilisateurs d'Android, qui lui avaient donné accès, en vue de partager avec Google leur historique de localisation et leurs statistiques d'utilisation.

La crainte, c'est que le partage des données des utilisateurs avec des acteurs tiers puisse attirer l'attention des régulateurs. Or ceux-ci renforcent ces derniers mois leur contrôle des géants technologiques suite à une série de scandales en matière de non-respect de la vie privée qui ont éclaté les années précédentes. La réglementation européenne GDPR peut aussi avoir joué un rôle, parce qu'elle exige notamment l'autorisation explicite de l'utilisateur pour traiter des données telles que la localisation.