Les entreprises peuvent depuis des années déjà vendre des produits sur Amazon, mais cette dernière propose elle-même aussi tout un éventail d'articles maison. Le géant web possède ainsi une double casquette. Elle tire profit du fait qu'un nombre maximal d'entreprises proposent des produits via sa plate-forme, tout en les concurrençant parfois. Les données relatives aux produits à succès sont dès lors cruciales pour elle.

L'année dernière, le CEO Jeff Bezos expliquait à des parlementaires américains que son entreprise applique un règlement interdisant à ses employés d'utiliser les données de vendeurs spécifiques pour améliorer la vente de produits propres à Amazon. Il signalait cependant qu'il ne pouvait exclure que cela se passe.

Accès non-autorisé

Et le fait est que cela arrive vraiment, et Amazon en est informée depuis 2015 au moins. Un audit interne, qui a pu être consulté par Politico, prévient que 4.700 employés d'Amazon actifs dans la vente de produits maison ont un accès non-autorisé aux données des vendeurs externes utilisant le magasin web Amazon. Dans au moins un cas, ces données ont été abusées en vue d'améliorer les ventes de produits maison.

Cela correspond plus ou moins à la définition de l'abus de pouvoir. Or, la Commission européenne mène l'enquête à ce propos depuis novembre 2020 et estime provisoirement qu'Amazon enfreint la loi sur la concurrence.

Copier les vendeurs à succès

La découverte de Politico succède à divers propos tenus par des vendeurs en ligne. C'est ainsi qu'un vendeur à succès de vêtements pour enfants n'apparaît soudainement plus dans les résultats de recherche et ce, au profit d'une gamme similaire d'Amazon. Il est aussi déjà arrivé qu'Amazon découvre un produit à succès pour ensuite proposer un produit comparable et exclure le vendeur initial.

Selon Politico, qui se base sur l'audit, il n'existe que trop peu de limites d'accès pour les employés d'Amazon, ce qui fait qu'ils peuvent visionner ce genre de données sensibles, s'ils s'en donnent un peu la peine. C'est certes formellement interdit, mais pas impossible.

Il n'est pas question ici de limites techniques, puisqu'Amazon dispose d'une infrastructure IT relativement sophistiquée, appelée Amazon Web Services (AWS). On ne sait cependant pas si Amazon applique ce genre de pratiques aussi sur AWS, où des centaines de milliers d'entreprises font tourner leurs données et applications.

Les entreprises peuvent depuis des années déjà vendre des produits sur Amazon, mais cette dernière propose elle-même aussi tout un éventail d'articles maison. Le géant web possède ainsi une double casquette. Elle tire profit du fait qu'un nombre maximal d'entreprises proposent des produits via sa plate-forme, tout en les concurrençant parfois. Les données relatives aux produits à succès sont dès lors cruciales pour elle.L'année dernière, le CEO Jeff Bezos expliquait à des parlementaires américains que son entreprise applique un règlement interdisant à ses employés d'utiliser les données de vendeurs spécifiques pour améliorer la vente de produits propres à Amazon. Il signalait cependant qu'il ne pouvait exclure que cela se passe.Et le fait est que cela arrive vraiment, et Amazon en est informée depuis 2015 au moins. Un audit interne, qui a pu être consulté par Politico, prévient que 4.700 employés d'Amazon actifs dans la vente de produits maison ont un accès non-autorisé aux données des vendeurs externes utilisant le magasin web Amazon. Dans au moins un cas, ces données ont été abusées en vue d'améliorer les ventes de produits maison.Cela correspond plus ou moins à la définition de l'abus de pouvoir. Or, la Commission européenne mène l'enquête à ce propos depuis novembre 2020 et estime provisoirement qu'Amazon enfreint la loi sur la concurrence.La découverte de Politico succède à divers propos tenus par des vendeurs en ligne. C'est ainsi qu'un vendeur à succès de vêtements pour enfants n'apparaît soudainement plus dans les résultats de recherche et ce, au profit d'une gamme similaire d'Amazon. Il est aussi déjà arrivé qu'Amazon découvre un produit à succès pour ensuite proposer un produit comparable et exclure le vendeur initial.Selon Politico, qui se base sur l'audit, il n'existe que trop peu de limites d'accès pour les employés d'Amazon, ce qui fait qu'ils peuvent visionner ce genre de données sensibles, s'ils s'en donnent un peu la peine. C'est certes formellement interdit, mais pas impossible.Il n'est pas question ici de limites techniques, puisqu'Amazon dispose d'une infrastructure IT relativement sophistiquée, appelée Amazon Web Services (AWS). On ne sait cependant pas si Amazon applique ce genre de pratiques aussi sur AWS, où des centaines de milliers d'entreprises font tourner leurs données et applications.