Cette décision a été prise, après la publication d'un article dans NRC, où on pouvait lire que les collaborateurs d'une filiale située à Nimègue étaient obligés de stocker dans une appli des photos d'eux-mêmes en sous-vêtements ou en tenue de sport ajustée. "C'est faux", déclare à présent un porte-parole d'Albert Heijn. "Le personnel pouvait participer au test de manière bénévole." Il n'était pas non plus nécessaire de se photographier en sous-vêtements pour déterminer les mensurations.

Et le porte-parole d'ajouter que comme magasin-pilote, c'est une filiale située à Nimègue qui avait été choisie. De plus, la communication sur le projet n'aurait pas bien été comprise, ce qui fait que le personnel pensait qu'il était contraint d'y prendre part. Les collaborateurs croyaient en outre que les photos seraient examinées dans l'appli par des yeux humains. "Tel n'était pas le but. Les tailles vestimentaires allaient être déterminées par un algorithme."

Albert Heijn évaluera de manière élargie à la fois le test de l'appli de détermination des mensurations vestimentaires et la communication en la matière.