L'entreprise souhaitait dans un premier temps introduire une demande confidentielle d'entrée à la bourse auprès du contrôleur boursier américain SEC. Cela signifie que les informations contenues dans les documents ne sont provisoirement pas rendues publiques.

Brian Chesky, le directeur d'Airbnb, avait précédemment déjà évoqué une entrée à la bourse pour cette année et ce, malgré l'important impact que la pandémie du coronavirus a exercé sur l'entreprise. La location d'appartements par des particuliers via Airbnb porte quasi entièrement sur le tourisme, ce qui fait que suite à toutes les restrictions imposées aux voyageurs, une grande partie de l'activité s'est retrouvée au point mort. Le projet d'entrée à la bourse d'Airbnb, pour laquelle l'entreprise souhaitait effectuer une demande en mars déjà, fut lui aussi suspendu.

Lueurs d'espoir

Pour survivre à la crise, Airbnb a supprimé un quart de ses effectifs au niveau mondial. La valeur estimée de l'entreprise, lors de la demande d'un nouveau crédit en avril, était retombée à 18 milliards de dollars, soit nettement moins que les 31 milliards atteints lors d'une phase d'investissement en 2017.

Il y a cependant de nouveau des lueurs d'espoir pour Airbnb, selon Chesky. C'est ainsi que le nombre de nuitées via la plate-forme aux Etats-Unis aurait été en mai supérieur à ce qu'il était l'année dernière à pareille époque. Début juillet, le nombre de réservations via Airbnb a en outre rejoint le niveau du 3 mars, selon l'entreprise.

L'entreprise souhaitait dans un premier temps introduire une demande confidentielle d'entrée à la bourse auprès du contrôleur boursier américain SEC. Cela signifie que les informations contenues dans les documents ne sont provisoirement pas rendues publiques.Brian Chesky, le directeur d'Airbnb, avait précédemment déjà évoqué une entrée à la bourse pour cette année et ce, malgré l'important impact que la pandémie du coronavirus a exercé sur l'entreprise. La location d'appartements par des particuliers via Airbnb porte quasi entièrement sur le tourisme, ce qui fait que suite à toutes les restrictions imposées aux voyageurs, une grande partie de l'activité s'est retrouvée au point mort. Le projet d'entrée à la bourse d'Airbnb, pour laquelle l'entreprise souhaitait effectuer une demande en mars déjà, fut lui aussi suspendu.Pour survivre à la crise, Airbnb a supprimé un quart de ses effectifs au niveau mondial. La valeur estimée de l'entreprise, lors de la demande d'un nouveau crédit en avril, était retombée à 18 milliards de dollars, soit nettement moins que les 31 milliards atteints lors d'une phase d'investissement en 2017.Il y a cependant de nouveau des lueurs d'espoir pour Airbnb, selon Chesky. C'est ainsi que le nombre de nuitées via la plate-forme aux Etats-Unis aurait été en mai supérieur à ce qu'il était l'année dernière à pareille époque. Début juillet, le nombre de réservations via Airbnb a en outre rejoint le niveau du 3 mars, selon l'entreprise.